Cart

Économie

Voici les 18 résultats

La Suisse, l’or et les morts

2 500 CFA
0 out of 5
0avis
2 500 CFA

Sans les banquiers suisses, la Deuxième Guerre mondiale aurait été terminée plus tôt et des centaines de milliers d’êtres humains auraient eu la vie sauve. Ils ont fourni des milliards de francs suisses à Hitler, lui permettant d’acheter sur le marché mondial les matières premières stratégiques dont il avait besoin. Les profits astronomiques de la guerre ont ensuite fondé la puissance mondiale de la place financière helvétique. Des rapports de services secrets, surtout américains, récemment déclassifiés, révèlent la complicité active des banquiers suisses (marchands d’art, agents fiduciaires, bijoutiers, avocats d’affaires, etc.) qui ont recelé,  » lavé  » l’or que les SS avaient volé dans les banques centrales, les entreprises et les demeures privées des pays occupés, ou arraché aux victimes des camps. Dans le même temps, le gouvernement suisse refoulait à ses frontières des dizaines de milliers de réfugiés juifs, les renvoyant parfois directement vers les bourreaux nazis.

Qui va payer la crise ?

4 000 CFA
0 out of 5
0avis

Qui va payer la crise ?

0 out of 5
0avis
4 000 CFA

Mille milliards ont déjà été dépensés pour tenter de sauver l’euro. Et ce sont les contribuables qui ont été rançonnés par les plans de rigueur, au profit des épargnants et de la finance. Une stratégie suicidaire qui peut conduire a l’explosion de la monnaie unique. François Lenglet, l’intervieweur économique de l’émission Des paroles et des actes, revient ici sur les causes de la périlleuse situation française et explore les scénarios pour l’avenir. Il explique comment la crise de l’euro dissimule une opposition entre les générations et les modèles de société. Un véritable hold-up des rentiers est en cours. Saurons-nous l’arrêter ?

2 500 CFA

Les histoires de famille, de succession, de patrimoine, d’argent et d’héritage, quel que soit l’importance des avoirs, peuvent rapidement mal tourner si, en amont, toutes les directives n’ont pas été définies officiellement. Il est donc important de s’en préoccuper suffisamment tôt, surtout lorsque la forme de la famille a été chahutée au fil des années.

On marche sur la dette

2 000 CFA
0 out of 5
0avis

On marche sur la dette

0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Nous aussi, la dette, on avait l’impression de ne rien y comprendre avant d’écrire ce livre. Il ne fallait pas compter sur les experts en expertise pour nous éclairer. Nous avions peur de ce qui allait nous tomber sur la tête. Jusqu’au jour où nous avons découvert ces vérités bouleversantes : Quel est le pays le plus endetté au monde ? Les Etats-Unis d’Amérique. Quelle est la seule superpuissance au monde ? Les Etats-Unis d’Amérique. Nous n’étions pas moins endettés, mais rassurés. Et nous avons mené notre enquête. Pour savoir combien on doit, à qui, pourquoi, depuis quand, jusqu’à quand ? Une certitude : si nous avons réussi à comprendre, vous comprendrez aussi !

Mon vrai journal

3 000 CFA
0 out of 5
0avis

Mon vrai journal

0 out of 5
0avis
3 000 CFA

Le 1er juillet 2002, Jean-Marie Messier quittait la présidence de Vivendi Universal, l’empire des médias et de « l’entertainment » qu’il avait façonné en un temps record. Au terme de quel processus ? Comment l’attaque dont il fut la cible a-t-elle été organisée ? Et par qui ? Mais aussi quelles ont été les erreurs, amplifiées par l’effondrement des valeurs médias et télécoms en bourse et le déchaînement des fonds spéculatifs ? L’histoire de Vivendi Universal, celle d’une grande ambition française, est spectaculaire à tous égards. Au cœur de cette incroyable affaire, sans équivalent dans les annales du capitalisme français, Jean-Marie Messier a décidé d’apporter sa part de vérité. Il estime la devoir aux salariés comme aux actionnaires. Son vrai journal constitue un témoignage inédit autant qu’inattendu sur son parcours mouvementé à la tête d’un groupe mondial aux racines françaises et européennes. S’y mêlent histoires rocambolesques, coups bas, mais aussi réflexions sur les marchés qui deviennent fous, sur l’avenir du capitalisme.

La France face à sa dette

2 000 CFA
0 out of 5
0avis

La France face à sa dette

0 out of 5
0avis
2 000 CFA

La dette publique, c’est : 41 000 euros par ménage, soit 1 138 milliards d’euros en 2005 ; 45 milliards d’euros d’intérêts à rembourser chaque année, soit l’intégralité des recettes de l’impôt sur le revenu ; + 235 % en quinze ans, entre 1990 et 2005. 2015, c’est l’année de la banqueroute de la France, si la tendance se prolonge. La dette publique s’impose comme LE sujet de la campagne présidentielle. Depuis dix ans la dérive des comptes publics s’est emballée, faisant de la France le pays de l’Union européenne dont le taux d’endettement a augmenté le plus vite. Cette dérive est d’autant plus préoccupante que les dépenses accumulées n’ont pas servi à renforcer notre potentiel de croissance mais ont eu pour effet de reporter nos dépenses actuelles de santé et d’indemnisation du chômage sur les générations futures.

Le gaspillage de l’aide publique

3 500 CFA
0 out of 5
0avis
3 500 CFA

L’aide publique au développement représente en France des sommes considérables. Celles-ci sont sans rapport avec les faibles moyens des organisations humanitaires : le premier bénéficiaire en est le continent africain. Cette aide revêt des formes diverses et variées : « zone franc », prêts ré-échelonnés, dons, aide à la construction de grands projets, envoi de coopérants. Pourtant, depuis des décennies, l’argent a été englouti sans enrayer la pauvreté, bien au contraire. La gestion de l’aide publique est aussi absurde qu’inefficace. Au lieu d’arriver là où les besoins sont les plus criants, elle termine dans les poches des chefs d’États concussionnaires, sert à payer des cathédrales dans le désert ou entretient des armadas de fonctionnaires. La France contribue grandement aux perversions du système, par manque de volonté ou par cynisme diplomatique et commercial, et tente de se rattraper en prônant le droit d’assistance humanitaire. Pendant ce temps, l’Afrique sombre alors que d’autres continents en voie de développement relèvent la tête…

L’horreur économique

1 500 CFA
0 out of 5
0avis

L’horreur économique

0 out of 5
0avis
1 500 CFA

Viviane Forrester, passionnée de littérature, férue de philosophie et de psychanalyse, a rencontré avec cet ouvrage un succès sans précédent. Dénonçant le culte de la rentabilité et la tyrannie du profit, l’auteur prend l’exact contre-pied de l’idéologie libérale qui prétend subordonner toute décision politique aux seuls impératifs de l’économie. Ce livre révolté n’est cependant pas révolutionnaire. S’inspirant largement des analyses de Hannah Arendt qui annonçait déjà les dangers liés au dépérissement du politique, devenu l’instrument privilégié de l’ordre économique existant, l’auteur appelle de ses voeux un renouveau du débat démocratique. L’intérêt essentiel de ce best-seller, écrit avec talent et conviction, est de révéler l’ampleur du désastre humain induit par la démission des élites et l’apathie du citoyen. Déploration vaine ou coup de colère salutaire, cet ouvrage s’inscrit résolument dans la tradition humaniste, stigmatisant la paresse et la lâcheté qui pérennisent l’injustice. Toute la question est de savoir si Viviane Forrester, après avoir été entendue, a des chances d’être écoutée. –Paul Klein.

Théories contre l’impôt

1 000 CFA
0 out of 5
0avis

Théories contre l’impôt

0 out of 5
0avis
1 000 CFA

Alors que la mise en cause du taux exorbitant de l’impôt fait l’actualité, il faut savoir que depuis la fin du XVIIIe siècle, une vigoureuse tradition de pensée a développé une critique rationnelle de l’excès de prélèvements fiscaux confiscatoires : moins pour des considérations d’efficacité économique ou d’intérêts catégoriels qu’au nom d’impératifs éthiques (équité et respect du droit des gens)… D’Adam Smith, Benjamin Constant et Pierre Joseph Proudhon à Friedrich Hayek et Robert Nozick, dix-huit auteurs souvent classiques mais de nationalités, sensibilités et disciplones diverses, conjuguent ici leurs voix pour condamner le principe même de l’impôt ou sa progressivité arbitraire – et de toute façon l’étatisme spoliateur. A lire pour approfondir un débat demeurant trop conjoncturel et trivial, autant par les contribuables en colère que par qui douterait de la légitimité morale et intellectuelle du combat anti-impôt !

Plus encore

3 000 CFA
0 out of 5
0avis

Plus encore

0 out of 5
0avis
3 000 CFA

Le chômage, la précarité, les dettes à rembourser, les retraites à payer, les soins à assurer, c’est l’héritage que les « baby-boomers » transmettent à leurs enfants. Après avoir reçu en partage une France prospère et championne de la croissance, notre génération laisse une France défaite. Comment en est-on arrivé là ?
… L’analyse implacable faite dans ce livre par F de Closets, nourrie d’informations foisonnantes, fera grincer bien des dents, et notamment du côté des grands patrons salariés, premiers bénéficiaires des nouvelles « privilégiatures ». Mais elle apportera aussi un souffle d’espoir à tous ceux qui, au-delà des guerres idéologiques, veulent se mettre au travail pour rendre à nos enfants l’avenir qu’on leur a volé.

Le marché aux voleurs

4 000 CFA
0 out of 5
0avis

Le marché aux voleurs

0 out of 5
0avis
4 000 CFA

« Pigeon, au même titre que les millions d’investisseurs que vous avez si joyeusement plumés sans retenue et en toute impunité, je revêts ici ma tenue de deuil pour vous dédier ce livre, mesdames et messieurs les vampires-fossoyeurs de la Bourse, de l’épargne et de nos économies. Voici dit, haut et fort, ce que je sais de vous. Nos petits et grands trésors, vous les avez dévorés dans une mémorable bouffe, vous les avez engloutis dans le plus vaste naufrage de tous les temps. De ce désastre, vous ne pouvez vous laver les mains. Vous l’avez organisé, vous qui vous êtes appliqués à dilapider des centaines de milliards dans des jongleries intercontinentales, mégalomanes et insensées. Elles ont abouti à la faillite financière sans frontières dont vous avez maintenant le toupet de nous faire supporter la charge. Munis d’une bonne lunette de vue, je dresse dans ce livre la liste de vos méfaits: vous les P-DG des entreprises nationales ou privées (Alcatel, France Télécom, Vivendi Universal, Kalisto, Liberty surf et autres Gemplus); vous, les présidents des plus grandes banques; vous, les analystes financiers; vous, les gendarmes d’opérette de la COB et dirigeants de la Bourse française; vous, les commissaires aux comptes qui avez baissé les yeux, couvert les pires tromperies; vous encore, les procureurs et les juges… trop souvent endormis. Voici comment, par votre faute, la Bourse est devenue… le marché aux voleurs. »

La banque de France et la monnaie

3 500 CFA
0 out of 5
0avis
3 500 CFA

Il s’agit d’une institution bicentenaire, de capital privé lors de sa création le 18 janvier 1800 sous le Consulat, puis devenue propriété de l’État le 1er janvier 1946 lors de sa nationalisation par Charles de Gaulle (loi du 2 décembre 1945). La Banque de France est une institution indépendante, membre de l’Eurosystème (ainsi que du Système Européen de Banques Centrales) depuis le 1er janvier 1999. Ses trois grandes missions sont la stratégie monétaire, la stabilité financière et les services à l’économie (traitement du surendettement, droit au compte, cotation des entreprises, médiation du crédit, accompagnement des TPE, enquêtes de conjoncture, éducation financière…).

Le contrôle de gestion

2 000 CFA
0 out of 5
0avis

Le contrôle de gestion

0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Le contrôle de gestion est l’activité visant la maîtrise de la conduite raisonnable d’une organisation en prévoyant les événements et en s’adaptant à l’évolution, en définissant les objectifs, en mettant en place les moyens, en comparant les performances passées et futures et les objectifs, en corrigeant les objectifs et les moyens. Le contrôle de gestion pense, propose et élabore des outils de gestion au service du management de l’organisation. Il permet de procéder à des évaluations de la performance, c’est-à-dire de l’efficience, de l’efficacité, des synergies, des gains de productivité et de la flexibilité.

12 000 CFA

L’objet de cet ouvrage est de proposer une analyse des avancées et des difficultés de l’extension de l’assurance au Sénégal. Biram Ndeck Ndiaye est chargé de mission de l’Agence de la Couverture Maladie Universelle (Cmu) et a écrit plusieurs articles sur l’assurance et la protection sociale.

L’Anglais des affaires

4 500 CFA
0 out of 5
0avis

L’Anglais des affaires

0 out of 5
0avis
4 500 CFA

Pour acquérir le langage propre aux affaires. Méthode complète destinée à tous ceux qui doivent utiliser l’anglais dans leur activité professionnelle ou préparer un examen ou un diplôme en anglais commercial. Conçu sous la forme originale et efficace d’une histoire romancée et attrayante, cet ouvrage vous permet rapidement d’évoluer avec aisance dans le monde du commerce international. INDISPENSABLE !

Vers un monde sans pauvreté

3 500 CFA
0 out of 5
0avis
3 500 CFA

Le prix Nobel de la Paix 2006 a couronné l’extraordinaire destin et le travail d’un homme qui a transgressé les préjugés économiques, politiques et religieux les plus tenaces en mettant en place une banque pour les pauvres. En créant au Bangladesh la Grameen Bank, il a prouvé non seulement que le micro-crédit fonctionnait avec une extraordinaire efficacité – plus de 95% des prêts sont remboursés – mais aussi qu’il contribuait à redonner leur dignité à des millions d’hommes et surtout de femmes. Aujourd’hui, grâce à Muhammad Yunus et au micro-crédit, plus de 10 000 institutions de micro-finance sont réparties sur la planète – au Sud comme au Nord – et plus de 150 millions de familles pauvres ont enfin accès à des services financiers adaptés. Une authentique révolution mise en place par un visionnaire dont voici l’autobiographie.

Made in Monde

2 500 CFA
0 out of 5
0avis

Made in Monde

0 out of 5
0avis
2 500 CFA

Made in Monde: voici ce que nous pourrions lire sur les poupées du futur. Elles auront été dessinées aux Etats-Unis; leurs cheveux, confectionnés au Japon; leurs vêtements, conçus en France; leur corps, moulé à Taïwan ; et le tout, assemblé en Chine. Cette nouvelle géographie, nous la redoutons. Nous lui associons la course aux bas salaires, les délocalisations, le chômage… On nous explique par ailleurs qu’il faudra nous aligner sur un modèle unique, ou disparaître. Rien n’est plus contestable. Au terme d’un périple de cinq années en Amérique, en Europe et en Asie, et d’enquêtes conduites auprès de 500 entreprises, les conclusions de Suzanne Berger bousculent les représentations les mieux installées : la seule course aux bas salaires est une stratégie perdante; les délocalisations peuvent conduire au succès, mais d’autres succès empruntent des chemins plus classiques; les frontières s’estompent, mais les héritages nationaux continuent déjouer… Oui, l’économie se mondialise. Non, elle ne nous vole pas notre liberté.

Le Modèle Toyota

12 000 CFA
0 out of 5
0avis

Le Modèle Toyota

0 out of 5
0avis
12 000 CFA

A quoi tient cette réussite ? Quelles sont les raisons qui ont fait de Toyota le premier constructeur automobile mondial? « Le modèle Toyota » a deux piliers :
– Le système de production propre à Toyota (le TPS, Toyota Production System), dont Jeffrey Loker explique ici les fondements que sont le lean et le juste à temps.
– Une conception managériale qui repose sur une culture d'amélioration continue des processus et un souci constant de motivation et de formation des salariés.

Ces deux piliers se déclinent en 14 principes qui peuvent être reproduits dans n'importe quelle entreprise, pour améliorer n'importe quel processus opérationnel, de la vente au développement des produits, au marketing et à la logistique et la gestion. C'est tout le propos de Jeffrey Liker, qui montre ici comment appliquer avec succès les principes de Toyota à votre entreprise.

Voici les 18 résultats

POINT DE RETRAIT- DAKAR
178 avenue du Pdt Lamine Gueye
Cabinet médical, 1er étage
Lun – Ven : 9h-12h / 15h-17h
Sam : 9h-12h
POINT DE RETRAIT - NGAPAROU
L’Artyshow, route Ngaparou-Saly
En face de « PMI Piscine »
Mar – Sam : 9h-13h / 15h-19h
Dim : 9h-13h - 77 522 20 18
INFORMATION
contact@labouquinerie.sn
77 872 52 83