Cart

Essai

Affichage des produits 1–48 sur 174

Fragments d’un discours amoureux

4 000 CFA
0 out of 5
0avis
4 000 CFA

Roland Barthes s’appuie ainsi sur ses lectures d’œuvres littéraires, qu’il s’agisse de romans comme Les Souffrances du jeune Werther de Goethe qui tient notamment un rôle important, d’œuvres poétiques ou théâtrales, mais aussi sur toute autre forme d’art et de création (musique, peinture, etc.), qu’il combine à sa propre réflexion, à ses propres expériences et parfois à des discussions privées pour former un discours sur la sphère amoureuse. Cet essai ne se veut donc pas une étude positive, mais la proposition de cheminements et d’explorations qui peuvent expliquer ou du moins éclairer toute expérience de l’amour en relation avec le langage. Les différentes notices (« Jalousie », « Bien-être », ou encore « S’abîmer ») qui forment la structure du livre, présentent chacune en marge les références que Barthes appelle pour relayer son propos. Cette œuvre reste une sorte d’ovni dans le champ littéraire consacré à l’amour qui demeure assez restreint.

Une brève histoire de l’avenir

5 000 CFA
0 out of 5
0avis
5 000 CFA

Jacques Attali raconte ici l’incroyable histoire des cinquante prochaines années telle qu’on peut l’imaginer à partir de tout ce que l’on sait de l’histoire et de la science. Il dévoile la façon dont évolueront les rapports entre les nations et comment les bouleversements démographiques, les mouvements de population, les mutations du travail, les nouvelles formes du marché, le terrorisme, la violence, les changements climatiques, l’emprise croissante du religieux viendront chahuter notre quotidien. Il révèle aussi comment des progrès techniques stupéfiants bouleverseront le travail, le loisir, l’éducation, la santé, les cultures et les systèmes politiques ; comment des mœurs aujourd’hui considérées comme scandaleuses seront un jour admises. Il montre enfin qu’il serait possible d’aller vers l’abondance, d’éliminer la pauvreté, de faire profiter chacun équitablement des bienfaits de la technologie et de l’imagination marchande, de préserver la liberté de ses propres excès comme de ses ennemis, de laisser aux générations à venir un environnement mieux protégé, de faire naître, à partir de toutes les sagesses du monde, de nouvelles façons de vivre et de créer ensemble.

Voyage aux pays du coton

3 500 CFA
0 out of 5
0avis

Voyage aux pays du coton

0 out of 5
0avis
3 500 CFA

« Cette histoire commence dans la nuit des temps. Un homme qui passe remarque un arbuste dont les branches se terminent par des flocons blancs. On peut imaginer qu’il approche la main. L’espèce humaine vient de faire connaissance avec la douceur du coton. Depuis des années, quelque chose me disait qu’en suivant les chemins du coton, de l’agriculture à l’industrie textile en passant par la biochimie, […] je comprendrais mieux ma planète. Les résultats de la longue enquête ont dépassé mes espérances. Pour comprendre les mondialisations, celles d’hier et celle d’aujourd’hui, rien ne vaut l’examen d’un morceau de tissu. Sans doute parce qu’il n’est fait que de fils et de liens, et des voyages de la navette. » E.O.

Penser la technique

2 000 CFA
0 out of 5
0avis

Penser la technique

0 out of 5
0avis
2 000 CFA

La question de la technique est l’un des grands thèmes de l’histoire de la philosophie. Elle est en effet inséparable de toute réflexion sur l’homme, s’il est vrai qu’il se distingue de l’animal par sa maîtrise de l’outil. Au moment où les technosciences pèsent d’un poids nouveau sur l’avenir de l’humanité, suscitant autant d’inquiétudes que d’espérances, la philosophie offre ses ressources à ceux qui s’efforcent de mesurer la portée de l’événement. De l’optimisme du XVIIIe siècle, qui exprime sa confiance dans les bienfaits des sciences et des techniques, aux doutes et incertitudes des penseurs du XXe siècle, témoins de leurs effets souvent dévastateurs, l’enthousiasme a cédé la place aux désillusions. Avec Heidegger, la critique s’est faite radicale. Quatre philosophes, Hélène Frappat, Gilbert Hottois, Luc Ferry et Dominique Janicaud, interrogent la tradition de leur discipline pour tenter de « penser la technique ».

Les défis de la technoscience

2 000 CFA
0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Après le nucléaire, la biologie et l’informatique bouleversent nos conditions d’existence. Elles sont porteuses de promesses, mais nous mettent aussi au défi de répondre aux menaces de manipulations. Comment utiliser intelligemment les fruits dés immenses révolutions du savoir et de la technologie dès lors que celles-ci peuvent modifier radicalement, pour le meilleur et pour le pire, le devenir de l’humanité ? Face aux stupéfiantes avancées des technosciences, savants et politiques s’efforcent de mettre en place des modes de contrôle afin que les nouveaux outils soient maîtrisés, leurs applications placées sous surveillance, leurs dangers neutralisés, leurs virtualités exploitées. Venus de divers champs de la recherche, Joël de Rosnay, Catherine Larrère, Jean-Yves Le Déaut, Marie-Angèle Hermitte, Dominique Thouvenin et Pierre Guerlain confrontent leurs analyses.

Critique du bio-pouvoir

2 000 CFA
0 out of 5
0avis

Critique du bio-pouvoir

0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Les sociétés contemporaines ne sont-elles pas aujourd’hui prises en otage par leurs propres technologies avancées ? C’est l’une des questions que soulève le philosophe allemand Peter Sloterdijk, dont les réflexions sur les effets des biotechnologies ont fait scandale il y a deux ans. Les progrès de la génétique ouvrent certes des perspectives heureuses en laissant espérer la guérison de maladies actuellement incurables, mais ils dessinent aussi des horizons plus inquiétants – du clonage à la sélection prénatale s’ils ne sont pas soumis aux règles d’une éthique qui donnent la possibilité de fixer des limites. En réponse à Peter Sloterdijk, quatre philosophes – Dominique Bourg, Jean-Jacques Salomon, Dominique Lecourt, François Guery tentent de définir les dérives du « bio-pouvoir » et les stratégies permettant d’y faire face.

Changer la vie ?

2 000 CFA
0 out of 5
0avis

Changer la vie ?

0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Pour la première fois, la science a acquis la capacité, (le transformer l’espèce humaine. Les extraordinaires découvertes de la biologie permettent de prendre au pied de la lettre le fameux slogan emprunté naguère par le Parti socialiste au poète Arthur Rimbaud : changer la vie. Des tabous sont transgressés, des certitudes bousculées, des croyances défiées à mesure que se développent les expériences sur les embryons et les recherches sur la reproduction. Face à l’effroi que suscitent ces interventions sans précédent sur les gènes des organismes vivants, y compris ceux des êtres humains, la question se pose de savoir jusqu’où ira la science et quelles sont les bornes qu’il importe de lui imposer. Trois biologistes, Jacques Testart, Axel Kahn, Philippe Lherminier ; une psychanalyste, Monette Vacquin ; un philosophe, Lucien Sfez, s’interrogent sur ces transgressions et sur la façon d’instituer un contrôle social qui réponde à la volonté des citoyens.

L’Afrique, le fric, la France

4 000 CFA
0 out of 5
0avis
4 000 CFA

La tragédie africaine est le défi majeur du XXe siècle. Les pays du pré carré sombrent dans la malnutrition, les épidémies et la corruption. Les Africains nous récusent, les Américains nous évincent. L’Afrique, qui était peuplée de 200 à 300 millions d’habitants à l’époque des indépendances, en abrite aujourd’hui 700 millions et en comptera 1500 millions en 2025. Comment pourrait-elle les nourrir ? Et comment pourrions-nous les accueillir ? La médiatisation des sans-papiers de Saint-Bernard ou des réfugiés rwandais ne fait que conforter les discours réducteurs des xénophobes ou des iirnmigrationnistes, accréditant dans l’opinion l’idée d’une cause perdue, alors que l’Afrique ne manque pas d’atouts. L’état des lieus sans complaisance et les propositions radicales que formule Jean-Paul Gourévitch sur le repositionnement de l’aide, le moratoire de la dette, le contrôle de l’immigration ou la réorientation des solidarités risquent de déplaire à toute la classe politique…

L’Afrique humiliée

5 000 CFA
0 out of 5
0avis

L’Afrique humiliée

0 out of 5
0avis
5 000 CFA

« Nous, peuples d’Afrique, autrefois colonisés et à présent recolonisés à la faveur du capitalisme mondialisé, ne cessons de nous demander : que sommes-nous devenus ? Les pays riches ont peur de notre présence quand elle n’est pas susceptible d’ajouter à leur avoir, peur de nos différences quand elles sont trop visibles. Inutiles, les nouveaux naufragés entassés sur des embarcations de fortune, supposées les conduire vers la terre ferme de l’Europe. Invisibles, les désespérés qui traversent l’enfer du désert. Indésirables, ceux qui, menottes aux poignets, sont reconduits dans leur pays d’origine. Mais l’humiliation du continent africain ne réside pas uniquement dans la violence, à laquelle l’Occident nous a habitués. Elle réside également dans notre refus de comprendre ce qui nous arrive. Car il n’y a pas d’un côté une Europe des valeurs et du progrès et de l’autre une Afrique des ténèbres et des malheurs. Cette vision, que certains d’entre nous ont tendance à intérioriser, vole en éclats dès l’instant où l’on touche du doigt les mécanismes de la domination, de la paupérisation et de l’exclusion… » A.T.

Une brève histoire de l’avenir

4 000 CFA
0 out of 5
0avis
4 000 CFA

Jacques Attali raconte ici l’incroyable histoire des cinquante prochaines années telle qu’on peut l’imaginer à partir de tout ce que l’on sait de l’histoire et de la science. Il dévoile la façon dont évolueront les rapports entre les nations et comment les bouleversements démographiques, les mouvements de population, les mutations du travail, les nouvelles formes du marché, le terrorisme, la violence, les changements climatiques, l’emprise croissante du religieux viendront chahuter notre quotidien. Il révèle aussi comment des progrès techniques stupéfiants bouleverseront le travail, le loisir, l’éducation, la santé, les cultures et les systèmes politiques ; comment des mœurs aujourd’hui considérées comme scandaleuses seront un jour admises. Il montre enfin qu’il serait possible d’aller vers l’abondance, d’éliminer la pauvreté, de faire profiter chacun équitablement des bienfaits de la technologie et de l’imagination marchande, de préserver la liberté de ses propres excès comme de ses ennemis, de laisser aux générations à venir un environnement mieux protégé, de faire naître, à partir de toutes les sagesses du monde, de nouvelles façons de vivre et de créer ensemble.

La fin des cacahouètes

3 500 CFA
0 out of 5
0avis

La fin des cacahouètes

0 out of 5
0avis
3 500 CFA

« Dans les milieux généralement bien informés de la capitale sénégalaise ». C’est par cette formule très classique qu’ont démarré, pendant une trentaine d’années, tous les papiers que Pierre Biarnès destinait aux lecteurs du Monde qui ne les ont jamais lus, tout simplement parce que le correspondant à Dakar du « grand quotidien du soir », comme on disait alors, ne les envoyait pas rue des Italiens. C’étaient des sortes de « brèves de comptoir » qu’il recueillait chaque jour, midi et soir, à l’apéritif, au bar de La Croix du Sud, l’hôtel de Dakar le plus en vogue à l’époque. De ces petits textes restés dans ses tiroirs, Pierre Biarnès tire une histoire assez décalée mais exacte jusque dans les moindres détails de ces Français du Sénégal dont il moque avec pas mal de cruauté, mais non sans tendresse les comportements.

Comment voyager avec un saumon

2 000 CFA
0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Avez-vous déjà eu besoin de mettre un saumon fumé dans le mini-frigo de votre chambre d’hôtel ? Tenté d’installer un logiciel en lisant les trois volumes d’explications fournis par le fabricant. Renoncé à prendre un médicament anodin en raison des risques terribles que sa notice fait peser sur  » certains sujets  » ? Entrepris de chercher du sexe sur Internet ? Si vous répondez oui à l’une de ces questions, alors vous vous reconnaîtrez dans les pages de ce livre, qui relate, sur un mode hilarant et, hélas, vraisemblable, les aventures et mésaventures de l’homme d’aujourd’hui. En guise de bouquet final, vous découvrirez la Cacopédie : un hallucinant voyage dans le savoir scientifique moderne poussé vers la folie à force d’atomisation et de luxe théorique…

Marianne porte plainte !

3 800 CFA
0 out of 5
0avis

Marianne porte plainte !

0 out of 5
0avis
3 800 CFA

« Face aux attaques racistes, sexistes, islamophobes, antisémites, Marianne mérite mieux qu’une lâche résignation. Ne laissons pas les loups dévorer les agneaux au nom de l’identité nationale. Marianne porte plainte !  » L’auteure s’interroge sur le concept d’identité nationale, sur la place qu’elle occupe dans le débat politique, sur les excès de ses défenseurs, mais aussi sur l’instrumentalisation de la laïcité. Elle met en avant l’éducation, pilier cruciale pour la construction d’une nouvelle identité nationale.

La guérison par l’esprit

4 000 CFA
0 out of 5
0avis

La guérison par l’esprit

0 out of 5
0avis
4 000 CFA

On connaît l’intérêt passionné du romancier d’Amok et du Joueur d’échecs pour les zones inexplorées et obscures de l’esprit humain. Biographe érudit et passionnant, il évoque ici trois figures historiques qui ont été parmi les premières a s’y aventurer. A la fin du XVIIIe siècle, le magnétiseur Mesmer s’intéresse à l’hypnose. Un siècle après, Mary Baker-Eddy, une Américaine, fondatrice d’une secte, prétend guérir par l’extase de la foi. Dans le même temps, à Vienne, Freud donne naissance à la psychanalyse. Trois expériences auxquelles l’histoire et la science devaient donner leur juste place, mais qui toutes trois marquèrent leur temps. Dans ce livre trop méconnu, témoignage de son inlassable curiosité intellectuelle, le grand écrivain autrichien nous convie à une réflexion fondamentale sur les pouvoirs de l’esprit.

3 500 CFA

L’antiracisme, qui est devenu la nouvelle idéologie internationale, se signale en France par la dictature de nouveaux dévots dont le zèle inquisitorial, l’hypocrisie, la volonté de culpabilisation sont particulièrement à l’œuvre dans le milieu prétendu littéraire, où le faux règne en maître. L’écrivain qui s’aventure encore à nommer le réel et en appelle à l’intégrité de son être comme au génie chrétien de la nation, celui-là est non seulement traité de « réac » ou de « facho », suivant la typologie héritée de la Propagande communiste, mais il est surtout accusé de « racisme » : criminalisation de la pensée, pour laquelle il encourt l’ostracisme, la censure, le tribunal. La plupart sont amenés à se taire, ou à bêler avec les brebis pénétrées par le Bien. Quelques-uns parlent, cependant, comme Richard Millet qui, à l’accusation de « racisme » lancée contre lui par le parti dévot, répond que l’antiracisme est une terreur littéraire, c’est-à-dire un des vecteurs du Faux, et une vraie forme de racisme visant à éradiquer cette vérité qu’on appelle littérature, donc la vérité sur le monde.

50 000 CFA

Très bon état – 4 volumes
Vol. 1 (1920-1940) Il couvre les années de formation où Eric Blair devient G. Orwell, et se prépare à travers ses séjours parmi les vagabonds, puis son engagement en Espagne en 1936, à devenir le défenseur des valeurs de l’homme ordinaire contre les intellectuels gagnés au totalitarisme. Véritable autobiographie.
Vol. 2 (1940-1943) Il couvre la période 1940-1943 et porte principalement sur la situation et l’attitude de la Grande-Bretagne durant la guerre, sur le blitz et la menace d’une invasion allemande contre laquelle les Anglais durent se prémunir, et sur l’espoir d’Orwell de voir s’organiser, à la faveur des circonstances, une défense populaire sur le modèle des milices espagnoles.
Vol. 3 (1943-1945) Il couvre la période 1943-1945. En novembre 1943, Orwell a démissionné de la BBC et il commence à écrire sa fable totalitaire La Ferme des animaux. Il prend la direction des pages littéraires du journal socialiste Tribune ; grâce à Aneurin Bevan, toute liberté lui est laissée, en particulier à propos de l’U.R.S.S., de s’écarter de la ligne politique du journal. Parallèlement, à l’occasion d’essais sur l’autobiographie de Salvador Dali ou les romans de James Hadley Chase, par exemple, il revient sur des thèmes qui lui sont chers : la destruction de la morale commune et le nihilisme propre à l’âge totalitaire…
Vol. 4 (1945-1950) Il couvre la dernière période de la vie d’Orwell, celle où, étant enfin libéré de ses pressants soucis d’argent par le succès d’Animal Farm, il doit maintenant lutter contre la maladie pour terminer 1984. On trouvera là recueillis certains de ses essais les plus connus, sur Gandhi, Burnham, Les Voyages de Gulliver ou le pamphlet contre Shakespeare commis par Tolstoï … Quant aux nombreuses lettres, elles nous éclairent sur bien des aspects de la vie d’Orwell à cette époque : ses relations avec ses amis (dont Arthur Koestler), avec son fils adoptif, son installation dans l’île de Jura, au nord de l’Angleterre, enfin sa maladie et ses séjours répétés à l’hôpital, jusqu’à la fin.

Le mythe de Sisyphe

2 000 CFA
0 out of 5
0avis

Le mythe de Sisyphe

0 out of 5
0avis
2 000 CFA

« Il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux : c’est le suicide. » Avec cette formule foudroyante, qui semble rayer d’un trait toute la philosophie, un jeune homme de moins de trente ans commence son analyse de sa sensibilité absurde. Il décrit le « mal de l’esprit » dont souffre l’époque actuelle : « L’absurde naît de la confrontation de l’appel humain avec le silence déraisonnable du monde. »

Anthologie nègre

2 500 CFA
0 out of 5
0avis

Anthologie nègre

0 out of 5
0avis
2 500 CFA

Le succès de l’art nègre a atteint son apogée dans les « années folles » avec l’exposition des Arts décoratifs de 1925 et l’exposition coloniale de 1931. Ces expositions avaient trait principalement à l’expression plastique de la culture primitive noire, animiste et fétichiste. Tout aussi riche est la littérature orale où se découvre une parenté avec les traditions des civilisations primitives blanches. Dans l’Anthologie nègre, Blaise Cendrars a rassemblé les meilleurs de ces récits : légendes concernant la création de la terre, des animaux et des hommes, contes merveilleux, fables et fabliaux humoristiques ou poétiques empruntés au folklore des nombreux empires et tribus du vaste territoire africain.

Les Africains : Histoire d’un continent

3 000 CFA
0 out of 5
0avis
3 000 CFA

John Iliffe propose ici une histoire générale de l’Afrique, des origines de l’humanité jusqu’à la fin de l’apartheid. Les Africains ont colonisé une région particulièrement hostile du globe au nom de toute la race humaine. Le peuplement du continent, la coexistence de l’homme avec son environnement, la construction de sociétés durables et la défense contre les agressions venues des régions plus favorisées constituent les axes principaux de cette histoire. Mais celle-ci est aussi marquée par les blessures et les cicatrices. En consacrant une longue analyse à l’esclavage, John Iliffe montre ainsi que la souffrance se trouve au cœur de l’expérience africaine. Contre cette souffrance, les Africains ont élaboré des défenses qui leur sont propres : ils placent l’endurance, le courage et le sens de l’honneur au premier plan de toutes les vertus. Telle est l’histoire exceptionnelle de populations exceptionnelles : celles du Maghreb, de l’Egypte, de l’Éthiopie, de toute l’Afrique noire une communauté de destins qui lie en une seule histoire les tout premiers humains à leurs descendants d’aujourd’hui.

L’apartheid

2 500 CFA
0 out of 5
0avis

L’apartheid

0 out of 5
0avis
2 500 CFA

Principal inculpé, en 1962 et 1964, de deux procès intentés aux dirigeants nationalistes sud-africains, Nelson Mandela, ancien avoué, s’y était défendu lui-même et avait été condamné à la détention perpétuelle. Ses deux plaidoiries sont reproduites dans cet ouvrage qui retrace l’histoire du Congrès national africain depuis ses origines et met en lumière le processus par lequel ses dirigeants sont passés successivement de l’opposition légaliste à la grève et de la grève au sabotage.

Révolution

2 000 CFA
0 out of 5
0avis

Révolution

0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Récemment élu Président de la République, Emmanuel Macron a écrit cet ouvrage alors qu’il était ancien ministre de l’Économie et candidat à l’élection présidentielle. Il y raconte, pour la première fois, son histoire personnelle, ses inspirations, sa vision de la France et de son avenir, dans un monde nouveau qui vit une « grande transformation » comme il n’en a pas connu depuis l’invention de l’imprimerie et la Renaissance. Un livre fort, singulier, qui pose les fondements d’une nouvelle société.

Terreur

4 500 CFA
0 out of 5
0avis

Terreur

0 out of 5
0avis
4 500 CFA

« Ce livre, écrit au jour le jour pendant et après les attentats contre Charlie Hebdo et à l’Hypercacher, ne sort que deux ans après les événements : il fallait respecter le temps du deuil ; et me donner la faculté de suspendre celui de la réflexion. « Penser » les attentats est une gageure, parfois même un oxymore : le risque est soit de donner trop de sens à ce qui n’en a pas, soit de rater les étapes d’un processus plus complexe qu’il n’y paraît. Penser les attentats, c’est possiblement se tromper. Ce livre est un cheminement, une progression, une interrogation, un questionnement sur la radicalité, la radicalisation, la jeunesse, l’islamisation, la violence, le nihilisme. Autant de termes qu’on ressasse à longueur de journées sans jamais s’arrêter pour les creuser, les approfondir jusqu’à la nausée. Ce petit essai est obsessionnel : revenir à l’infini sur les actes, les causes, les effets, les acteurs, les conséquences, sans jamais se raturer, au risque même, çà et là, de se contredire… » Y.M.

Phares – 24 destins

2 500 CFA
0 out of 5
0avis

Phares – 24 destins

0 out of 5
0avis
2 500 CFA

« Voici vingt-quatre personnages dont les destins sont plus fous, plus riches en péripéties et en contradictions que ceux des héros de n’importe quel roman. Vingt-quatre découvreurs, artistes, philosophes, révoltés, utopistes qui ont donné un sens au devenir du monde. Chacun d’eux tente de répondre à la même question : comment devenir soi quand tout se ligue pour vous en empêcher ? Tous ne sont pas des modèles ; il n’empêche, ils me guident vers l’abri, le refuge, le port. Ils sont des lueurs dans la nuit de l’ignorance, de l’aveuglement ou du désarroi. Des sources de jubilation aussi, par ce qu’ils disent de la grandeur de l’Esprit. C’est de ceux-là que je vais raconter les aventures. Ce sont ceux-là, j’en fais le pari, dont la compagnie sera bientôt la plus recherchée : notre monde a besoin de phares. » J. A. – Confucius, Aristote, Açoka, Boèce, Hildegarde de Bingen, Ibn Rushd, Maïmonide, Thomas d’Aquin, Giordano Bruno, Caravage, Thomas Hobbes, Madame de Staël, Simon Bolivar, Charles Darwin, Abd el-Kader, Walt Whitman, Shrîmad Râjchandra, l’empereur Meiji, Walther Rathenau, Thomas Edison, Marina Tsvetaïeva, Richard Strauss, Hô Chi Minh, Amadou Hampâté Ba

Machiavel et la fragilité du politique

1 000 CFA
0 out of 5
0avis
1 000 CFA

Nicolas Machiavel (1469-1527) a un triste privilège : son nom évoque une des pires façons de faire de la politique. En effet, son œuvre justifierait les pratiques politiques les plus cyniques et les plus perverses. Mais ce Machiavel-là correspond-il au Machiavel de la réalité ? Les œuvres de Machiavel – le célèbre Prince en particulier – confirment-elles le jugement infamant de l’histoire ? Rien n’est moins sûr. Paul Valadier, lecteur attentif des œuvres du Florentin, voit surtout en lui, à l’orée des temps modernes, celui qui discernera la fragilité de tout pouvoir, la division des sociétés humaines, une division que nul dessein providentiel, nul fondement substantiel (Dieu, la nature…) ne sauraient surmonter. Machiavel et le « machiavélisme » seraient à lire plutôt comme une mise en garde contre l’illusion de la « bonne » politique ou contre la surestimation du politique…

Traité de l’autorité politique

2 500 CFA
0 out of 5
0avis
2 500 CFA

« On pourrait concevoir différentes espèces de démocraties. Je n’ai pas l’intention d’examiner ici successivement chacune d’entre elles. Je n’en analyserai qu’une seule : celle où tous les habitants, sans exception, pourvu qu’ils n’obéissent point à d’autres lois que celles de leur patrie, que, par ailleurs, ils soient indépendants et mènent une vie honorable, jouissent du droit de voter à l’assemblée suprême et de revêtir les charges publiques. Je dis expressément : pourvu qu’ils n’obéissent point à d’autres lois que celles de leur patrie, afin d’exclure les étrangers, présumés soumis à une autorité politique différente. J’ajoute : et soient par ailleurs indépendants, afin d’exclure tant les femmes et les esclaves (au pouvoir de leurs maris et de leurs maîtres) que les enfants et les pupilles (dans la mesure où ceux-ci subissent le pouvoir de leurs parents et de leurs tuteurs). Enfin, j’ai dit : pourvu qu’ils mènent une vie honorable, afin d’exclure sans recours ceux qui sont déshonorés par un crime ou une conduite honteuse quelconque. »

Le stage est fini

4 500 CFA
0 out of 5
0avis

Le stage est fini

0 out of 5
0avis
4 500 CFA

C’est l’histoire d’un homme aimable qui, voulant plaire à chacun, finit par se faire détester de tous. La chronique d’un roi qui a promis l’apaisement et ne fait qu’exacerber les tensions. Son règne n’est jusqu’à présent qu’une succession d’épisodes tragi-comiques ; rien n’a préparé François Hollande à affronter l’une des pires crises économiques de l’Histoire. Lorsqu’il s’installe sur le trône, il est encombré d’une compagne instable, d’équipes faibles, d’un projet incertain. Son seul guide : un inébranlable optimisme. Dans ce livre qui dresse le bilan du règne des amateurs qui nous gouvernent, Françoise Fressoz raconte avec une joyeuse férocité les coulisses du « tweet fatal de Marie-Antoinette » qui fait éclater le couple Hollande-Trierweiler un mois après la victoire. Mais aussi le refus de la main tendue par François Bayrou, la domination exercée par « Mutter Merkel » sur une France rongée par ses déficits, les négociations burlesques que le monarque se croit obligé de conduire avec des ministres qui ne dissimulent pas leur mépris à son égard…

La nouvelle puissance américaine

5 000 CFA
0 out of 5
0avis
5 000 CFA

Quel est exactement l’état du monde en ce début de siècle ? Le grand maître des relations internationales en propose une magistrale synthèse. Il passe au crible chacune des grandes régions de la planète, les saisit dans leurs contradictions, les décrit dans leur contexte et leur histoire, à l’heure de l’affirmation de la nouvelle puissance américaine. Il en va ainsi successivement de l’Europe, force montante à l’identité encore fragile et aux alliances incertaines, du continent américain, où l’Amérique latine s’affirme habilement face au grand voisin du Nord, de l’Asie, bien sûr, structurée par le jeu triangulaire entre la Chine, l’Inde et le Japon, du Moyen-Orient encore, où l’Iran, l’Irak et la Palestine fixent des conflits ouverts ou latents aux conséquences considérables, de l’Afrique, enfin, dont les problèmes appellent une vigoureuse réaction de la communauté internationale. L’Amérique domine le monde, et sa puissance nouvelle la place devant un choix : soit céder à la tentation de l’unilatéralisme, soit travailler à l’équilibre des forces dans le cadre d’une politique d’action concertée à long terme…

4 000 CFA

Fait exceptionnel en France, cet ouvrage avait été retiré de la vente à parution, en juin 2003, pendant l’instruction du procès Elf. En effet, le bâtonnier de Paris avait saisi le garde des Sceaux pour protester contre la parution du livre au nom d’un « manquement au droit de réserve », Eva Joly ayant été le magistrat en charge du dossier Elf jusqu’en 2002. Une fois le réquisitoire prononcé et les jugements rendus, le lecteur a pu enfin accéder à cet ouvrage… Il n’y a pas, à vrai dire, de révélations dans Est-ce dans ce monde que nous voulons vivre ? C’est à la fois le récit de l’instruction de l’affaire Elf et une réflexion sur le rôle de la justice dans un monde dirigé par quelques puissants jouissant d’une totale impunité. Mais on y découvre tout de même l’incroyable système qui sous-tend l’affaire. Après la privatisation du groupe Elf en 1994, Eva Joly découvre progressivement la trace de sociétés off-shore, de comptes numérotés, de systèmes de malversation…

FIS de la haine

3 000 CFA
0 out of 5
0avis

FIS de la haine

0 out of 5
0avis
3 000 CFA

Il fallait écrire ce livre. Jeter ces mots sur le papier pour dire à nous-même et aux autres l’infamie d’un FIS qui a érigé la fraude électorale et la terreur en système politique. Un FIS haineux et rampant qui. au nom de l’Islam, veut le pouvoir et le sang. Notre sang à nous tous, gens de bonne volonté ouverts sur le monde. Sans tabous, sans barrières et sans préjugés, ce livre a été écrit avec pour seule passion l’homme.

Le mystère et les moeurs

4 000 CFA
0 out of 5
0avis

Le mystère et les moeurs

0 out of 5
0avis
4 000 CFA

Les articles et les conférences de ce recueil posthume de Flannery O’Connor ont été regroupés selon quatre thèmes principaux : l’écrivain et son pays, l’enseignement de la littérature, la création artistique, le problème du romancier catholique. Ces textes éclairent la personnalité de leur auteur et nous font découvrir le contexte littéraire, régional et religieux de son univers qui est celui de la violence et de la Révélation, où la Grâce divine n’apporte jamais la paix, mais le glaive.

La haine de l’Occident

4 500 CFA
0 out of 5
0avis

La haine de l’Occident

0 out of 5
0avis
4 500 CFA

Où qu’il aille, dans l’exercice de ses fonctions internationales, Jean Ziegler est frappé par l’hostilité de principe que les peuples du Sud manifestent à l’endroit de ceux du Nord. Jusqu’à rendre parfois impossible l’adoption de certaines mesures d’urgence en faveur des plus démunis. Comment contraindre le nouvel ordre du capitalisme mondialisé à cesser de soumettre le reste du monde à sa domination meurtrière, et conduire l’Occident à assumer ses responsabilités ? Comment faire en sorte qu’au Sud, l’horizon de l’état de droit ne soit pas récusé du fait des injustices qui sont commises en son nom ? Sur un mode vibrant et engagé, Jean Ziegler apporte des réponses à ces questions au fil d’un parcours documenté, riche en expériences de terrain – du Nigéria à la Bolivie, des salles de conférences internationales aux villages les plus déshérités de la planète. En forme d’hommage, si l’on veut, aux deux voix tutélaires qui hantent ce livre, celle d’Aimé Césaire et celle de Wole Soyinka.

4 000 CFA

Ce livre ne vous évitera pas les emmerdes mais il vous apprendra à les affronter. Le nouveau livre de Fabrice Midal vous explique comment faire face aux difficultés. En vous proposant une morale libérée des règles écrasantes, il vous fait découvrir des solutions là où vous pensiez qu’il n’y en avait plus. Reprenez votre vie en main ! Philosophe, Fabrice Midal est l’un des principaux enseignants de la méditation en France. Il est notamment l’auteur du best-seller Foutez-vous la paix ! traduit dans le monde entier.

Du silence

3 500 CFA
0 out of 5
0avis

Du silence

0 out of 5
0avis
3 500 CFA

Les usages sociaux et culturels accordent à la parole et au silence une alternance qui varie d’un lieu à l’autre et d’une personne à l’autre. Cependant, face au silence les uns éprouvent un sentiment de recueillement, de bonheur tranquille, tandis que d’autres s’en effraient et cherchent dans le bruit ou la parole une manière de se défendre de la peur. En effet, le silence favorise un retour du refoulé quand le rempart du sens que fournit le bruit se dérobe en partie, il semble ronger la parole à sa source et la rendre impuissante. Il est également associé au vide de sens et donc à la menace d’être englouti dans le néant. Mais que ce soit pour quelques heures ou quelques jours, le silence permet de retrouver une disponibilité pour penser, mais aussi pour être à l’écoute des bruits de la nature.

Walden ou La vie dans les bois

3 000 CFA
0 out of 5
0avis
3 000 CFA

En 1845, Henry David Thoreau part vivre dans une cabane construite de ses propres mains, au bord de l’étang de Walden, dans le Massachusetts. Là, au fond des bois, il mène pendant deux ans une vie frugale et autarcique, qui lui laisse tout le loisir de méditer sur le sens de l’existence, la société et le rapport des êtres humains à la Nature. Une réflexion sereine qui montre qu’il faut s’abstraire du monde et de ses désirs pour devenir réellement soi-même. Walden est un monument de l’histoire littéraire américaine à l’immense postérité.

Discours de la méthode

1 500 CFA
0 out of 5
0avis

Discours de la méthode

0 out of 5
0avis
1 500 CFA

Descartes est, dans le fait, le vrai fondateur de la philosophie moderne, en tant qu’elle prend la pensée pour principe. L’action de cet homme sur son siècle et sur les temps nouveaux ne sera jamais exagérée. C’est un héros ; il a repris les choses par les commencements, et il a retrouvé de nouveau le vrai sol de la philosophie, auquel elle est revenue après un égarement de mille ans. 1637, c’est la date de la publication du Discours de la méthode, de René Descartes – véritable déclaration des droits et des pouvoirs de la Raison sur un monde qu’elle domine et organise. Toute la pensée moderne est née de cet ouvrage dont la langue, dense mais toujours claire, n’a pas vieilli.

Céline

3 000 CFA
0 out of 5
0avis

Céline

0 out of 5
0avis
3 000 CFA

Écrire sur Céline, tout Céline, analyser le romancier génial, l’atroce pamphlétaire antisémite, l’amateur de ballets, de légendes médiévales, l’étrange promoteur d’un « socialisme à la française », avant la lettre, le pacifiste d’avant 40 et le collabo d’après 40 : tel est le pari de Philippe Muray qui, par-delà le commentaire détaillé de l’œuvre, trace le portrait d’un des écrivains les plus coupables et les plus fulgurants de notre temps.

Le dérèglement du monde

2 500 CFA
0 out of 5
0avis

Le dérèglement du monde

0 out of 5
0avis
2 500 CFA

En ces premières années du XXIe siècle, le monde présente de nombreux signes de dérèglement. Dérèglement intellectuel, caractérisé par un déchaînement des affirmations identitaires qui rend difficiles toute coexistence harmo­nieuse et tout véritable débat. Dérèglement économique et financier, qui entraîne la planète entière dans une zone de turbulences aux conséquences imprévisibles, et qui est lui-même le symptôme d’une perturbation de notre système de valeurs. Dérèglement climatique, qui résulte d’une longue pratique de l’irresponsabilité… Dans cet essai ample, l’auteur cherche à comprendre comment on en est arrivé là et comment on pourrait s’en sortir. Pour lui, le dérèglement du monde tient moins à une «guerre des civilisations» qu’à l’épuisement simultané de toutes nos civilisations, et notamment des deux ensembles culturels dont il se réclame lui-même, à savoir l’Occident et le Monde arabe. Le premier, peu fidèle à ses propres valeurs ; le second, enfermé dans une impasse historique.

Dire non

4 000 CFA
0 out of 5
0avis

Dire non

0 out of 5
0avis
4 000 CFA

Ce livre, dédié à Stéphane Hessel, s’adresse à tous ceux que la politique déçoit et que la crise effraye. Anthropologues, philosophes, politiques, poètes… Tous, avec l’auteur, réinventent le non. Le non à l’abaissement de la France par ceux qui la défigurent en ne l’aimant pas telle qu’elle est ; le non pour élever ce pays en élevant son langage ; le non pour inventer le oui. Au nom d’une France urbaine et métissée, il prône une laïcité ouverte, une liberté étendue, une refonte des institutions et une valorisation de la diversité qui provoqueraient un sursaut démocratique.

La société du Spectacle

2 500 CFA
0 out of 5
0avis

La société du Spectacle

0 out of 5
0avis
2 500 CFA

Guy Debord (1931-1994) a suivi dans sa vie, jusqu’à la mort qu’il s’est choisie, une seule règle. Celle-là même qu’il résume dans l’Avertissement pour la troisième édition française de son livre La Société du Spectacle
« Il faut lire ce livre en considérant qu’il a été sciemment écrit dans l’intention de nuire à la société spectaculaire. Il n’a jamais rien dit d’outrancier. »

L’Homme précaire et la littérature

5 000 CFA
0 out of 5
0avis
5 000 CFA

L’Homme précaire est à la littérature ce que La Métamorphose des dieux est aux beaux-arts. Malraux propose d’appliquer à la littérature la périodisation de l’histoire de l’art qu’il avait dégagée pour renouveler notre expérience des œuvres : une première période de figuration d’un surnaturel invisible, objet de prière et de dévotion ; une deuxième, à partir de la Renaissance, au cours de laquelle l’art visait à représenter le monde réel, pour s’approcher toujours plus de l’illusion ; mais plus cette illusion était poussée, plus elle occultait l’acte créateur, qui, dans un troisième temps et grâce à la rupture initiée par Manet, devint désormais l’essentiel. Appliquée à la littérature, cette tripartition en bouleverse notre conception. La fiction est la notion pivot qui permet de distinguer respectivement les trois moments. Elle est, pour chacun d’entre nous, une expérience majeure : parce qu’elle nous fait vivre par procuration une vie, c’est-à-dire un temps autre que le nôtre, elle porte plus loin qu’un simple divertissement.

Rêves d’étoiles

3 000 CFA
0 out of 5
0avis

Rêves d’étoiles

0 out of 5
0avis
3 000 CFA

Grâce à une relation de longue date entre Jean-Loup Chrétien et Catherine Alric, cet ouvrage relate, d'une façon nouvelle et singulière, l'expérience de l'air et de l'espace à travers toute une série de questions posées par la comédienne à l'astronaute. Soutenue par sa connaissance du milieu des enfants, Catherine Alric soulève des interrogations qui relèvent aussi bien du rêve que du réalisme et s'adressent aux plus jeunes comme aux plus avertis. Jean-Loup Chrétien s'implique plus fortement dans son activité de conférencier, dont le but est de débattre sur l'avenir de l'homme dans l'espace et de participer aux grandes discussions sur le, devenir de notre planète. Jean-Loup Chrétien, pilote de chasse et d'essai, astronaute, a été cosmonaute à la Cité des Étoiles de Moscou en 1980-1982 et 1986-1988, puis à la NASA en 1984-1985 et 1994-2001. Il a réalisé trois vols dans l'espace et une sortie extravéhiculaire.

Casanova – Un voyage libertin

2 000 CFA
0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Ce livre est à la fois voyage dans l’inconnu du XVIIIe siècle et approche d’une figure singulière, irréductible à nos concepts modernes d’intelligence ou de désir. Giacomo Casanova, vénitien, habile charlatan, grand joueur et franc libertin. De n’être pas prise dans un mouvement d’identification, ni de rejet, je m’accorde la liberté de me perdre et d’être séduite, de m’arrêter et d’analyser, et surtout de m’étonner. Car la beauté baroque, infime, grossière, âpre, souvent violente, parfois même monstrueuse dont sont marqués les Mémoires de Casanova n’a rien à voir avec un tableau lisse et rassurant. Elle ouvre sur des interrogations, des situations qui ont la force du romanesque et l’étrangeté des énigmes.

L’empire du bien

3 500 CFA
0 out of 5
0avis

L’empire du bien

0 out of 5
0avis
3 500 CFA

L’empire du bien triomphe : il est urgent de le saboter.

L’identité malheureuse

5 000 CFA
0 out of 5
0avis

L’identité malheureuse

0 out of 5
0avis
5 000 CFA

Etat neuf – L’immigration qui contribue et contribuera toujours davantage au peuplement du Vieux Monde renvoie les nations européennes et l’Europe elle-même à la question de leur identité. Les individus cosmopolites que nous étions spontanément font, sous le choc de l’altérité, la découverte de leur être. Découverte précieuse, découverte périlleuse : il nous faut combattre la tentation ethnocentrique de persécuter les différences et de nous ériger en modèle idéal, sans pour autant succomber à la tentation pénitentielle de nous déprendre de nous-mêmes pour expier nos fautes. La bonne conscience nous est interdite mais il y a des limites à la mauvaise conscience. Notre héritage, qui ne fait certes pas de nous des êtres supérieurs, mérite d’être préservé, entretenu et transmis aussi bien aux autochtones qu’aux nouveaux arrivants. Reste à savoir, dans un monde qui remplace l’art de lire par l’interconnexion permanente et qui proscrit l’élitisme culturel au nom de l’égalité, s’il est encore possible d’hériter et de transmettre

Le temps des responsables

2 000 CFA
0 out of 5
0avis

Le temps des responsables

0 out of 5
0avis
2 000 CFA

La responsabilité est à l’ordre du jour. Qui sont les responsables ? s’interroge-t-on à propos d’une catastrophe ferroviaire, de la propagation du sida comme du chômage. Et de tous les horizons – entreprises, médias, médecine ou monde politique – émerge la revendication de responsabilité. Ce phénomène est-il un effet de mode ou la volonté d’une nouvelle exigence morale ? Pour répondre à cette question, il faut d’abord définir les significations et les implications concrètes du mot et en particulier son rapport essentiel à l’action et à l’engagement envers autrui. Poursuivant sa réflexion de fond sur la cohésion sociale et la morale publique, Alain Etchegoyen revisite la notion de responsabilité qui pourrait être le point de repère dont notre monde semble tant avoir besoin aujourd’hui.

4 000 CFA

Immigration-intégration. Le sujet, envahissant, est au centre de l’échiquier politique depuis bientôt trente ans et instrumentalisé par tous les partis.Tous les jours, c’est au nom des populations de l’immigration extra-européenne que s’exercent la terreur médiatique et la censure par la novlangue. Quant aux hommes politiques, accaparés par les discours et l’élaboration de politiques ad hoc d’intégration, ils sont désormais l’objet d’une défiance inédite : leurs « solutions », inefficaces, voire contre-productives et chères, ne trompent plus personne. Échecs scolaires, agressions, refus de respecter les normes collectives, c’est une faillite.Longtemps les élites ont dissimulé la vérité aux Français, ou leur ont tenu un double discours, et elles continuent encore à le faire. Que s’est-il passé pour que l’intégration se dégrade autant au cours des deux dernières décennies ? Les Français attendent qu’on leur tienne un langage de vérité. Ils savent l’enjeu immense. Il y va de la cohésion nationale.MALIKA SOREL-SUTTER est ingénieur de l’École Polytechnique d’Alger et diplômée d’un troisième cycle de gestion de Sciences-Po. Née en France, elle a passé une quinzaine d’années en Algérie. En 2007, Malika Sorel-Sutter a publié Le Puzzle de l’intégration. Les pièces qui vous manquent (Mille et une nuits). Elle est aujourd’hui membre du Haut Conseil à l’intégration, aux premières loges pour constater l’ampleur des dégâts et l’urgence d’une politique cohérente et courageuse.

Fonds de pension, piège à cons ?

2 000 CFA
0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Quinze ans après la déréglementation des marchés, voilà que se profile la perspective des fonds de pension. Cette consécration du pouvoir des grands actionnaires institutionnels frappe d’abord le salariat sur qui retombent tous les risques. Mais la vraie menace est dans les fausses promesses d’une réconciliation du capital et du travail autour de l’épargne salariale, dans l’avènement d’une société du patrimoine et l’utopie monstrueuse d’une  » démocratie des actionnaires « .

Un digne héritier

2 000 CFA
0 out of 5
0avis

Un digne héritier

0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Sous couvert de  » modernisation  » le parti travailliste britannique s’est transformé progressivement à partir du milieu des années quatre-vingt en incorporant dans ses analyses et ses propositions l’essentiel de l’héritage thatchérien. Ce processus s’est accéléré avec l’arrivée à la tête du parti, en 1994, de Tony Blair, qui, dans sa pratique gouvernementale comme dans ses tentatives de théorisation, représente la pensée de marché au sein de la gauche européenne. Loin d’aller dans le sens d’une rénovation, le triomphe des thèses néo-travaillistes conduirait inéluctablement à une rupture avec l’ensemble des traditions socialistes et à l’acceptation des inégalités sociales, de la précarisation des salariés et du régime sans partage des marchés financiers comme autant de nécessités historiques de l’ère de la  » mondialisation « .

Affichage des produits 1–48 sur 174

POINT DE RETRAIT- DAKAR
178 avenue du Pdt Lamine Gueye
Cabinet médical, 1er étage
Lun – Ven : 9h-12h / 15h-17h
Sam : 9h-12h
POINT DE RETRAIT - NGAPAROU
L’Artyshow, route Ngaparou-Saly
En face de « PMI Piscine »
Mar – Sam : 9h-13h / 15h-19h
Dim : 9h-13h - 77 522 20 18
INFORMATION
contact@labouquinerie.sn
77 872 52 83