Cart

Essai

Affichage des produits 1–48 sur 116

Halte aux jeux !

3 000 CFA
0 out of 5
0avis

Halte aux jeux !

0 out of 5
0avis
3 000 CFA

Que dissimule la belle vitrine des Jeux olympiques ? On nous montre de superbes et fringants athlètes, mais on nous cache l’envers du décor : la souffrance de tous, l’échec de la plupart, l’inévitable dérive du dopage. Il faut mettre fin à l’hypocrisie et dire ce qu’est le sport de haut niveau aujourd’hui : une entreprise d’exploitation de l’homme par l’homme, où la seule et véritable règle du jeu est le profit, quel qu’en soit le coût humain. Courir plus vite, sauter plus haut, être le plus fort : il est temps de remiser cet idéal enfantin et de proposer un modèle d’olympisme enfin humaniste.

4 000 CFA

Qui sommes-nous vraiment, nous qui avons affiché une telle détermination dans le refus de la violence aveugle et notre foi dans la République le 11 janvier dernier ? La cartographie et la sociologie des trois à quatre millions de marcheurs parisiens et provinciaux réservent bien des surprises. Car si Charlie revendique des valeurs libérales et républicaines, les classes moyennes réelles qui marchèrent en ce jour d’indignation avaient aussi en tête un tout autre programme, bien éloigné de l’idéal proclamé. Leurs valeurs profondes évoquaient plutôt les moments tristes de notre histoire nationale : conservatisme, égoïsme, domination, inégalité. La France doit-elle vraiment continuer de maltraiter sa jeunesse, rejeter à la périphérie de ses villes les enfants d’immigrés, reléguer au fond de ses départements ses classes populaires, diaboliser l’islam, nourrir un antisémitisme de plus en plus menaçant ? Identifier les forces anthropologiques, religieuses, économiques et politiques qui nous ont menés au bord du gouffre, indiquer les voies difficiles, incertaines, mais possibles d’un retour à la véritable République, telle est l’ambition qui anime ce livre

Le terrorisme intellectuel

2 500 CFA
0 out of 5
0avis

Le terrorisme intellectuel

0 out of 5
0avis
2 500 CFA

La France est-elle vraiment le pays de la liberté des idées ? La France, dit-on, est le pays de la liberté. Dans le domaine des idées, cela reste à démontrer. Car sur la scène politique, culturelle et médiatique, tout se passe comme si un petit milieu détenait la vérité. En 1950, les élites exaltaient Staline. En 1960, elles assuraient que la décolonisation apporterait le bonheur outre-mer. En 1965, elles s’enflammaient pour Mao ou Fidel Castro. En 1968, elles rêvaient d’abolir toute contrainte sociale. En 1975, elles saluaient la victoire du communisme en Indochine. En 1981, elles croyaient quitter la nuit pour la lumière. En 1985, elles proclamaient que la France devait accueillir les déshérités de la terre entière. Dans les années 1990, ces mêmes élites affirmaient que le temps des nations, des familles et des religions était terminé. Pendant cinquante ans, les esprits réfractaires à ce discours ont été discrédités, et les faits qui contredisaient l’idéologie dominante ont été passés sous silence. C’est cela, le terrorisme intellectuel…

Le Capital – Livre I

3 500 CFA
0 out of 5
0avis

Le Capital – Livre I

0 out of 5
0avis
3 500 CFA

« J’étudie dans cet ouvrage le mode de production capitaliste et les rapports de production et d’échange qui lui correspondent. […] Il ne s’agit point ici du développement plus ou moins complet des antagonismes sociaux qu’engendrent les lois naturelles de la production capitaliste, mais de ces lois elles-mêmes, des tendances qui se manifestent et se réalisent avec une nécessité de fer. Au premier abord, la marchandise nous est apparue comme quelque chose à double face, valeur d’usage et valeur d’échange. Ensuite nous avons vu que tous les caractères qui distinguent le travail productif de valeurs d’usage disparaissent dès qu’il s’exprime dans la valeur proprement dite. J’ai le premier mis en relief ce double caractère du travail représenté dans la marchandise. […] Tant qu’elle est bourgeoise, c’est-à-dire tant qu’elle voit dans l’ordre capitaliste, non une phase transitoire du progrès historique, mais bien la forme absolue et définitive de la production sociale, l’économie politique ne peut rester une science qu’à condition que la lutte des classes demeure latente ou ne se manifeste que par des phénomènes isolés. » – K. M.

L’ange et le cachalot

3 500 CFA
0 out of 5
0avis

L’ange et le cachalot

0 out of 5
0avis
3 500 CFA

« Le lecteur qu’on fait passer ici, sans transition, de Confucius à Simenon, de Balzac au Père Damien, et de la brousse australienne au cap Horn, se plaindra peut-être du caractère apparemment hétéroclite de ces pages. Si son objection était fondée, je craindrais qu’elle ne soit sans remède, car en fait ce qu’elle mettrait en question, ce n’est pas la cohérence d’un court recueil, mais celle d’une vie déjà assez longue: pour le meilleur ou pour le pire, l’un et l’autre sont d’un seul tenant. » Simon Leys reste pour nous le premier dénonciateur averti et courageux de l’imposture maoïste. Il ne faudrait pas oublier non plus que c’est sa passion de la littérature qui l’a porté vers la Chine. Cette passion, la voici allègre et intacte dans un recueil d’essais qui vont de la calligraphie chinoise au style controversé de Balzac, et de l’expérience de la traduction à une lecture de Malraux définitivement iconoclaste.

Hérétiques

4 000 CFA
0 out of 5
0avis

Hérétiques

0 out of 5
0avis
4 000 CFA

Etat quasi-neuf – La réédition des deux essais majeurs d’un des plus grands écrivains catholiques du XXe siècle, Gilbert Keith Chesterton, est un événement. Retraduits, Hérétiques et Orthodoxie, respectivement publiés en 1905 et 1908, trouveront aujourd’hui leurs lecteurs. Chesterton, alors pas encore converti, a montré dans ce dytique combien la pensée moderne peut être analysée comme une hérésie du christianisme et comment elle peut être dépassée avec un art inouï du paradoxe qui mène vers le secret de la joie. Lire Chesterton, c’est ouvrir en grand les fenêtres des petits deux pièces de la pensée en boîte pour respirer l’air vivifiant des idées maîtresses.

3 500 CFA

Etat quasi-neuf – « Que peut bien signifier aujourd’hui le vieux clivage droite-gauche tel qu’il fonctionne depuis l’affaire Dreyfus ? Il me semble que c’est avant tout le refus de remettre cette question en chantier – et de tirer ainsi les leçons de l’histoire de notre temps – qui explique en grande partie l’impasse dramatique dans laquelle se trouvent à présent tous ceux qui se reconnaissent encore dans le projet d’une société à la fois libre, égalitaire et conviviale. Dans la mesure, en effet, où la possibilité de rassembler le peuple autour d’un programme de sortie progressive du capitalisme dépend, par définition, de l’existence préalable d’un nouveau langage commun – susceptible, à ce titre, d’être compris et accepté par tous les « gens ordinaires » –, cette question revêt forcément une importance décisive. Je vais donc essayer d’expliquer pour quelles raisons j’en suis venu à estimer que le nom de gauche – autrefois si glorieux – ne me paraît plus vraiment en mesure, aujourd’hui, de jouer ce rôle fédérateur ni, par conséquent, de traduire efficacement l’indignation et la colère grandissantes des classes populaires devant le nouveau monde crépusculaire que les élites libérales ont décidé de mettre en place. »

4 500 CFA

Etat quasi-neuf – Semblable au pauvre Orphée, le nouvel Adam libéral est condamné à gravir le sentier escarpé du « Progrès » sans jamais pouvoir s’autoriser le moindre regard en arrière. Voudrait-il enfreindre ce tabou – « c’était mieux avant » – qu’il se verrait automatiquement relégué au rang de Beauf, d’extrémiste, de réactionnaire, tant les valeurs des gens ordinaires sont condamnées à n’être plus que l’expression d’un impardonnable « populisme ». C’est que Gauche et Droite ont rallié le mythe originel de la pensée capitaliste : cette anthropologie noire qui fait de l’homme un égoïste par nature. La première tient tout jugement moral pour une discrimination potentielle, la seconde pour l’expression d’une préférence strictement privée. Fort de cette impossible limite, le capitalisme prospère, faisant spectacle des critiques censées le remettre en cause. Comment s’est opérée cette, double césure morale et politique ? Comment la gauche a-t-elle abandonné l’ambition d’une société décente qui était celle des premiers socialistes ? En un mot, comment le loup libéral est-il entré dans la bergerie socialiste ? Voici quelques-unes des questions qu’explore Jean-Claude Michéa dans cet essai scintillant, nourri d’histoire, d’anthropologie et de philosophie.

Le Conflit – La femme et la mère

2 500 CFA
0 out of 5
0avis
2 500 CFA

Que l’on soit « risquophile » ou « risquophobe », force est de constater que le conflit s’impose partout. Il touche toutes les sciences parce qu’il est humain, tant par la difficulté de l’adéquation de l’âme et du corps que celle de l’homme et des autres lui-même. Partie intégrante d’un jeu social dont il contribue à la régulation, il est multiple, protéiforme et omniprésent. Du XIVème siècle à l’époque contemporaine et de l’Europe à l’Afrique en passant par l’Asie, ces contributions déclinent ce concept autour de 5 thèmes : les organisations, le conflit social, les institutions, l’histoire, les représentations collectives.

Le traître – Suivi du Vieillissement

2 000 CFA
0 out of 5
0avis
2 000 CFA

« Nous avons tous commencé par être « trahis » ; ce n’est que très exceptionnellement que nous nous sommes sciemment et délibérément engagés comme nous nous trouvons l’être. La réalité venue à nos intentions « innocentes » nous a conduits à être ce que nous n’avions pas voulu. Nous n’avons jamais fait cela seulement que nous voulions faire, mais encore ce que les autres et l’histoire ont décidé que nous avions fait. Entre l’intellectuel qui, pour échapper à ce risque, s’isole et se veut inagissant, et tous ceux qui s’excusent par leurs pieuses intentions de la réalité qu’en fait ils opèrent mais dont ils se disent prisonniers, une voie doit être trouvée. Il faut vouloir que l’acte déborde son intention, car sa réalité est à ce prix. Il faut vouloir être engagé par les autres plus avant qu’on ne pensait et ne pouvait le faire tout seul. Mais pour être capable de la vouloir réellement (au lieu de produire seulement une volonté imaginaire et vide, masquant le fatalisme) encore faut-il le faire sciemment : connaître la situation globale dans laquelle l’acte lancé va s’inscrire ; le camp et le sens dans lequel on souhaite être engagé. C’est ce que j’ai essayé de faire. »

Journal littéraire – Choix de pages

3 000 CFA
0 out of 5
0avis
3 000 CFA

Paul Léautaud, né en 1872, n’a eu de cesse, sa vie durant, d’observer ses contemporains et d’analyser la société dans laquelle il vivait. « Partout malicieux, indiscret, hardi… », il se plut à fréquenter les milieux intellectuels parisiens, tandis qu’il vivait de façon très solitaire, entouré seulement de ses animaux. Se voulant profondément classique, il critiqua nombre de ses contemporains. « C’est le juge impitoyable, l’entrepreneur en démolition quasi systématique, le destructeur de renommée, le concierge des Lettres, ou son Attila. Où Léautaud passe, l’écrivain trépasse », disait jean Chalon. Œuvre maîtresse à la valeur tant historique que littéraire, le journal littéraire propose avant tout une galerie de portraits de ceux qui fréquentèrent le Mercure : Vallette, Rachilde, Schwob, de Gourmont, Valéry, Duhamel, Fargue, Giraudoux, Sacha Guitry, Apollinaire… Les descriptions y sont minutieuses, les réflexions perspicaces et réalistes, les jugements tranchés, et l’admiration rare.

Vivre et penser comme des porcs

2 500 CFA
0 out of 5
0avis
2 500 CFA

« Être passé de la chair à canon à la chair à consensus et à la pâte à informer est certes un progrès. Mais ces chairs se gâtent vite : la matière première consensuelle se transforme en une unanimité populiste des majorités silencieuses qui n’est jamais innocente. À ce populisme classique se greffe désormais un nouveau populisme yuppie – un techno-populisme – qui entend bien afficher sa post-modernité carnassière, prompte à digérer le best-of des biens et services de la planète. » Gilles Châtelet. Conduite avec la rigoureuse férocité de ses talents de scientifique, de philosophe et de polémiste, l’analyse de Gilles Châtelet décrit le procès qui a réussi à capter la richesse de l’Homme ordinaire – le « paysan libre d’Angleterre » dont parlait Marx – pour fabriquer l’homme moyen des démocraties-marchés… ».

Derrière la grille

2 500 CFA
0 out of 5
0avis

Derrière la grille

0 out of 5
0avis
2 500 CFA

Maude a 3 ans lorsque son père l’enferme pour la première fois. Pendant quinze ans, elle va vivre cloîtrée dans la lugubre bâtisse familiale sans jamais aller à l’école, sans aucun contact avec l’extérieur. L’embrigadement est extrême car le patriarche veut faire de sa fille une « supra-humaine ». Elle doit apprendre à surmonter la peur, les privations, la douleur, la solitude… Des années après, Maude comprendra que son père, haut dignitaire d’une obédience maçonnique, avait échafaudé un projet vertigineux dans lequel elle tenait le rôle central. Comment se défaire d’une telle emprise et trouver la force de se construire ? Lorsqu’elle a 18 ans, Maude réussit à quitter la prison, puis, au terme d’un long travail, à conquérir sa liberté.

Je suis noir et je n’aime pas le manioc

2 500 CFA
0 out of 5
0avis
2 500 CFA

La couleur de peau dote-t-elle les individus de caractéristiques spécifiques ? Recueil d’anecdotes et d’histoires vécues, le livre de Gaston Kelman montre à quel point nous sommes marqués par des atavismes « qui nous empêchent de vivre normalement, de juger l’homme par ce qu’il est et non par ce qu’il paraît ou est supposé être de toute éternité ». Gaston Kelman a beau avoir des origines camerounaises, il ne se met pas pour autant à danser le dombolo une fois la nuit tombée. Installé en France depuis vingt ans, ce Bourguignon est l’auteur d’un vivifiant pamphlet contre le racisme ordinaire et son cortège de préjugés.

La fin des cacahouètes

3 500 CFA
0 out of 5
0avis

La fin des cacahouètes

0 out of 5
0avis
3 500 CFA

« Dans les milieux généralement bien informés de la capitale sénégalaise ». C’est par cette formule très classique qu’ont démarré, pendant une trentaine d’années, tous les papiers que Pierre Biarnès destinait aux lecteurs du Monde qui ne les ont jamais lus, tout simplement parce que le correspondant à Dakar du « grand quotidien du soir », comme on disait alors, ne les envoyait pas rue des Italiens. C’étaient des sortes de « brèves de comptoir » qu’il recueillait chaque jour, midi et soir, à l’apéritif, au bar de La Croix du Sud, l’hôtel de Dakar le plus en vogue à l’époque. De ces petits textes restés dans ses tiroirs, Pierre Biarnès tire une histoire assez décalée mais exacte jusque dans les moindres détails de ces Français du Sénégal dont il moque avec pas mal de cruauté, mais non sans tendresse les comportements.

L’imagination créatrice de William Blake

1 700 CFA
0 out of 5
0avis
1 700 CFA

L’imagination créatrice est une faculté humaine mais aussi une substance verbale (au sens théologique du terme) de l’expérience, l’imagination est la matière première de l’être que l’artiste doit s’efforcer de capturer dans son oeuvre qui en devient ainsi l’anatomie ou le théâtre vivant. Sur les bases d’une définition précise des notions complémentaires d’imagination et d’anagogie, qui trouvent leurs prémisses dans la cosmologie et les théories hermésiennes du langage.

Éloge de la faiblesse

1 200 CFA
0 out of 5
0avis

Éloge de la faiblesse

0 out of 5
0avis
1 200 CFA

Voilà un récit autobiographique prenant! Alexandre Jollien, handicapé moteur, a, de par sa pugnacité et son intelligence, su tirer profit de cet handicap. Il nous invite par ailleurs à une réflexion singulière mais nécessaire sur la distinction entre le normal et l’anormal.

La Tentation de l’innocence

2 000 CFA
0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Rien n’est plus difficile que d’être libre, maître et créateur de son destin. Rien n’est plus écrasant que la responsabilité qui nous enchaîne aux conséquences de nos actes. Comment jouir de l’indépendance en esquivant nos devoirs ? Par deux échappatoires, l’infantilisme et la victimisation, ces maladies de l’individu contemporain. D’un côté, l’adulte, choyé par la société de consommation, voudrait garder les privilèges de l’enfance, ne renoncer à rien tout en étant diverti en permanence. De l’autre, il pose au martyr, même s’il ne souffre que du simple malheur d’exister. Les bien-souffrants seraient-ils les nouveaux bien-pensants ? N’est-il pas temps alors de ne plus confondre la liberté avec le caprice ? La peur et la faiblesse sont-elles le prix à payer pour notre refus de la maturité ? Enfin, comment maintenir la démocratie si une majorité de citoyens aspire au statut de victime au risque d’étouffer la voix.

Et l’homme dans tout ça ?

2 500 CFA
0 out of 5
0avis
2 500 CFA

Copernic a chassé l’Homme du centre de l’Univers, Lamarck et Darwin du sommet de la création, notre société a tendance à le chasser du cœur de ses projets. Il n’est pourtant pas utopique de concilier le progrès, créateur de richesses, les avancées scientifiques et les logiques économiques avec l’humanisme. Axel Kahn ouvre un débat majeur sur le devenir de l’Homme : les biotechnologies, le clonage humain, l’assistance médicale à la procréation, les essais sur l’être humain, la place de notre espèce dans la nature, le déterminisme et la liberté, le racisme, la sexualité… Au-delà de l’éclairage décisif porté sur ces différentes questions, la réflexion claire et passionnée menée ici incite chacun de nous à un nécessaire sursaut moral : dissociée des valeurs éthiques, au premier rang desquelles la solidarité, la maîtrise croissante des mécanismes de la vie par la science et les forces du marché constitue bel et bien une menace pour l’humanité.

La défaite de la pensée

2 000 CFA
0 out of 5
0avis

La défaite de la pensée

0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Malaise dans la culture. Car la culture, c’est la vie avec la pensée. Et on constate aujourd’hui qu’il est courant de baptiser culturelles des activités où la pensée n’a aucune part. Des gestes élémentaires aux grandes créations de l’esprit, tout devient ainsi prétendument culturel. Pourquoi alors choisir la vraie culture, au lieu de s’abandonner aux délices de la consommation et de la publicité, ou à tous les automatismes enracinés dans l’histoire. Certes, nul ne sort plus son revolver quand il entend le mot «culture». Mais, champions de la modernité ou apôtres de la différence, ils sont de plus en plus nombreux ceux qui, lorsqu’ils entendent le mot «pensée», sortent leur culture. Une question simple est à l’origine de ce livre : comment en est-on arrivé là ?

2 500 CFA

Nous autres, Européens, avons été élevés dans la haine de nous-mêmes, dans la certitude qu’au sein de notre culture un mal essentiel exigeait pénitence. Ce mal tient en deux mots : colonialisme et impérialisme. La mauvaise conscience oriente le regard que nous portons sur nous-mêmes et sur le Tiers-Monde, surtout depuis la fin de la guerre d’Algérie. Elle a créé le « tiers-mondisme », idéologie désignant l’Europe et l’Amérique comme la cause unique de tout ce qui est négatif dans l’Histoire. C’est elle encore qui oppose un Sud radieux, peuplé d’agneaux et de martyrs, à un Nord rapace, habité de loups et de nantis. Ce livre ne propose pas la énième vision doloriste du Tiers-Monde, n’invite pas aux larmes suspectes, aux apitoiements dédaigneux. Il tente, au contraire, une approche positive du Sud. Entre la suffisance et le masochisme, j’ai voulu tracer la voie d’un « europeo-centrisme paradoxal » qui porte les Occidentaux vers le dehors sans les contraindre à se renier. Pascal Bruckner

L’écologie en bas de chez moi

2 500 CFA
0 out of 5
0avis
2 500 CFA

Il semble qu’aujourd’hui le développement durable soit la seule idéologie qu’il nous reste. De facture relativement récente, on la retrouve cependant partout, tout le temps. Elle accommode l’école, bien sûr, mais aussi le travail, le supermarché, la politique… Le Pape même s’y est mis. Sujet incontournable, consensuel ou presque… Iégor Gran a voulu comprendre. Était-il le seul à sentir le grotesque des discours moralisateurs, l’insupportable opportunisme marchand des uns et des autres, le culte du déchet, et cette curieuse manière d’idolâtrer la science – quand elle prédit l’avenir – tout en la rejetant quand elle est moteur de progrès ? Comment font les français, ce peuple frondeur (au moins en paroles, sinon dans les actes), pour accepter ce culte du geste symbolique, cette immodération vers le bien pratiquée à dose homéopathique et imposée à tout le monde ?

Pour que refleurisse le monde

2 000 CFA
0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Sept jours durant, au début de l’été 2001, deux femmes prirent le temps de se rencontrer pour mieux comprendre le monde dans lequel elles vivent. Jetsun Pema, sœur du Dalaï-Lama, personnalité tibétaine de premier plan, est une femme habitée par la spiritualité bouddhiste, marquée par l’histoire de son pays et confrontée sans cesse aux bouleversements de sa culture. Irène Frain, écrivain occidental, n’a cessé de réfléchir sur les mutations de notre société, tout en se passionnant pour l’Orient. Quel regard la « petite mère du Tibet » porte-t-elle sur l’occident et sur la femme occidentale ? Quelle est la vision bouddhiste de l’éducation et de la féminité ? Comment survivre à une tragédie telle que l’exil ? En questionnant Jetsun Pema, Irène Frain a voulu connaître sa façon d’aborder la vie, de faire face aux difficultés, en miroir à ses propres interrogations.

Les critiques de notre temps et Malraux

1 000 CFA
0 out of 5
0avis
1 000 CFA

Recueil d´articles écrits sur les oeuvres de Malraux : A. Bazin, R. Brasillach, A. Camus, Ch. de Gaulle, J. Madaul, Fr. Mauriac, H. de Montherlant, G. Pompidou, J.-P.

Un lit pour deux (la guerre tendre)

4 000 CFA
0 out of 5
0avis
4 000 CFA

Etat quasi-neuf – Quel bonheur, la nuit venue, de se réfugier sous la couette ! À deux c’est encore mieux… Quoique… Passée la séquence aveugle et sourde de la passion, celui ou celle qui chaque soir se glisse à la même place peut se révéler un redoutable ronfleur, un lutteur sournois jamais fatigué de tirer la couverture à lui ou, pire encore, un monstre aux pieds froids. Conjugal – forcément conjugal – le lit fut longtemps le lieu consacré des moments essentiels d’une vie. On y naissait, on y mourait entouré des siens. Il révèle aujourd’hui les attentes contradictoires du couple qui aspire à un bien-être personnel sans renoncer pour autant à l’amour fusionnel. Comment trouver la bonne distance ? Comment lire ou se relever à son gré sans gêner l’autre ? Le choix des chambres séparées est souvent mal compris de l’entourage et même de celui ou celle qui en subit la décision. Spécialiste de l’intime et du quotidien, l’auteur fouille dans le secret des alcôves pour répondre à ces questions qui, pour être traitées ici avec légèreté, n’en suscitent pas moins une réflexion en profondeur.

2 000 CFA

Ami salarié qui vivez dans la terreur du prochain plan social, ce manuel est fait pour vous: désormais, vous passerez pour un professionnel irréprochable sans pour autant cesser de glander au bureau. À vous les bonus et les stock options ! Spécialistes de la promotion interne facile et de la flemme à haut rendement, les auteurs ont pris sur leurs RTT pour rassembler cette somme de techniques de pointe: ainsi, vous découvrirez les arcanes de l’inflation verbale, les stratégies novatrices d’Irrédentisme de Survie Professionnelle (ISP) et les mystères de la guerre en open space. Un ouvrage d’utilité privée qui permettra à chacun de laisser passer l’orage, installé bien au chaud entre le local de la photocopieuse et la machine à café.

La France Big Brother

5 000 CFA
0 out of 5
0avis

La France Big Brother

0 out of 5
0avis
5 000 CFA

Enquête sur un sujet tabou : le conditionnement d’une nation. Qui est Big Brother ? Le sommet de la pyramide. Le gouvernement. L’administration. Les médias. Les experts. Les idéologues. La pensée unique. Les écrans. Une organisation qui a pris toutes les apparences d’une société libre et démocratique. Big Brother, c’est la Voix, la rumeur du monde, le bruit de fond qui nous apprend à consommer, à obéir, à penser. Celui qui vous répète tous les jours qu’il faut du pouvoir d’achat, que les inégalités se creusent, que l’immigration est à la fois une chance et un fantasme. C’est lui qui invente des scandales, définit les limites du langage et de la pensée, décide du digne, de l’indigne et du tabou. C’est lui qui vous rend l’enfer confortable. Français, Big Brother est votre opium; Vous vous êtes ouvert l’esprit, comme d’autres s’ouvrent les veines.

Le charme discret de l’intestin

5 000 CFA
0 out of 5
0avis
5 000 CFA

Giulia Enders, jeune doctorante et nouvelle star allemande de la médecine, rend ici compte des dernières découvertes sur un organe sous-estimé. Elle explique le rôle que jouent notre “deuxième cerveau” et son microbiote (l’ensemble des organismes l’habitant) dans des problèmes tels que le surpoids, la dépression, la maladie de Parkinson, les allergies… Illustré avec beaucoup d’humour par la sœur de l’auteur, cet essai fait l’éloge d’un organe relégué dans le coin tabou de notre conscience. Avec enthousiasme, Giulia Enders invite à changer de comportement alimentaire, à éviter certains médicaments et à appliquer quelques règles très concrètes pour faire du bien à son ventre. Véritable phénomène de librairie, Le Charme discret de l’intestin s’est vendu à 950 000 exemplaires en Allemagne et sera publié dans 26 pays.

8 000 CFA

Au commencement, Emmanuel Todd eut la volonté de montrer que la diversité des structures familiales traditionnelles explique les trajectoires de modernisation : la famille nucléaire absolue anglaise fut le substrat de l’individualisme et du libéralisme politique ; la famille nucléaire égalitaire du Bassin parisien légitimait l’idée a priori d’une équivalence des hommes et des peuples ; la famille souche fut en Allemagne et au Japon le socle d’idéologies ethnocentriques ; la carte du communisme, enfin, recouvrait celle de la famille communautaire. Mais comment expliquer cette fragmentation de l’espèce humaine, sinon en remontant à une unicité première, si elle avait jamais existé ? Au terme d’une enquête menée depuis plus de vingt ans, impliquant l’examen des organisations familiales de centaines de groupes humains préindustriels dans les diverses régions de l’Eurasie (la Chine, le Japon, l’Inde, l’Asie du Sud-Est, l’Europe, le Moyen-Orient en remontant jusqu’à la Mésopotamie et à l’Égypte ancienne), et grâce à une anthropologie diffusionniste et non plus structuraliste, Emmanuel Todd identifie une forme originelle, commune à toute l’humanité…

5 000 CFA

En menant l’enquête sur quatre continents, s’appuyant sur les témoignages d’experts mais aussi de nombreux agriculteurs, M.-M. Robin dresse le bilan du modèle agro-industriel qui, après un demi siècle, n’est pas parvenu à nourrir le monde, tandis qu’il participait largement au désastre écologique, poussant vers les bidonvilles des millions de paysans. Son enquête le montre : oui, on peut « faire autrement » pour résoudre la question alimentaire.

Négrologie – Pourquoi l’Afrique meurt

5 000 CFA
0 out of 5
0avis
5 000 CFA

Etat quasi-neuf. Ecrit par Stephen Smith , ce livre est le contexte réel de l’Afrique. L’auteur pose les mots vrais sur le destin tragique de ce continent. Pourquoi l’Afrique se meurt ?? A sa sortie, de nombreuses voix se sont élevées, afin d’étouffer cette vérité. Si vous souhaitez connaître pourquoi les pays riches sont responsables et pourquoi les gouvernements africains sont complices de la situation de l’Afrique, allez à votre bibliothèque ou faites le vous offrir, mais ne passez pas à côté. Il est urgent d’être au courant, afin de ne pas dire \ »je ne savais pas\ »….

Anatomie de l’amant de ma femme

4 000 CFA
0 out of 5
0avis
4 000 CFA

A trop fréquenter la littérature, il arrive qu’on tombe dedans. Lecteur invétéré, époux d’une écrivaine nantie d’un petit renom, architecte en rupture de plans, le héros de ce premier roman n’est pas avare de confidences sur son grand projet : écrire un livre, lui aussi. Mais son écran d’ordinateur ne se remplit que d’images qui ralentissent son travail tout en accélérant son flux sanguin…Les affres de la création deviennent de terribles compagnons dont on se distrait d’un poignet actif. Alors, le jour où par ennui ou par dépit, notre homme commet l’incorrection de parcourir le journal intime de sa femme, il en est puni par une découverte qui porte un nom : Léon, et par une révélation : c’est un amant hors normes. Affolé, vexé mais stimulé, il se lance dans une enquête qui a tout d’une quête : pourquoi chez lui sexualité et littérature sont-elles autant liées ? Cet amateur de théories cocasses s’épanche et nous entraîne, l’air de rien, dans la dernière des grandes aventures : celle qui mène à soi.

Je connais des gens de toutes sortes

1 200 CFA
0 out of 5
0avis
1 200 CFA

Vogue, Le Point, Le Monde… depuis les années soixante-dix, Philippe Labro, journaliste, écrivain, « homme de média » comme on dit, s’est frotté à ce que l’on fait de mieux. Des artistes, politiques, vedettes en tous genres. Je connais gens de toutes sortes est un recueil des meilleurs portraits écrits par Philippe Labro pour ces journaux. Que de figures du siècle ! Ici, Philippe Labro rencontre Kennedy ou Mitterrand, là Hemingway ou Malraux, ici encore Jean-Jacques Goldman ou Platini. À chaque portrait, Labro cherche l’homme. Ce journaliste ne peut s’empêcher d’être écrivain. C’est d’ailleurs ce qui rend ces portraits encore lisibles, touchants et, la plupart du temps, drôles. Son œil capture le détail physique signifiant. Tout de suite, l’homme apparaît. C’est Modiano et sa maladresse nonchalante, les paupières rougies plissées de Mitterrand malade, Jean-Luc Godard un journal vissé sous la manche de son trench-coat, le naturel intégral d’un Jack Nicholson, les épaules trop larges du veston de Rocard, les silences éloquents de Malraux. Voyez comme Labro est écrivain, c’est toujours la matière humaine qu’il scrute et pétrit.

Kafka

750 CFA
0 out of 5
0avis

Kafka

0 out of 5
0avis
750 CFA

En France, comme un peu partout dans le monde, Kafka a été l’objet d’innombrables spéculations et interprétations, souvent contradictoires. Il est devenu, en même temps que le chef de toute littérature «noire» ou d’avant-garde, un maître à penser, une sorte de philosophe déguisé en romancier et en poète. L’étude de Marthe Robert se propose de ramener l’attention sur l’aspect de cette œuvre que les commentaires laissent généralement dans l’ombre : la technique du récit romanesque qui seule permet de saisir la pensée de Kafka dans le mouvement de son travail poétique.

Les critiques de notre temps et Claudel

1 000 CFA
0 out of 5
0avis
1 000 CFA

Paul Claudel nous oblige. Le désir violent qui se déploie dans ses textes de théâtre nous invite à être constamment attentifs à ce qui en nous de faiblesse et de lassitude appelle à un dépassement frénétique de l’être vers la grandeur, comme une exigence d’humilité et d’orgueil devant l’existence. Quand l’ironie facile et la paresse de la critique veulent limiter notre joie et notre aspiration à un amour plein, Claudel nous oblige à renaître à la vitalité qui meut le corps et l’esprit des créatures, en opposant l’épreuve vraie de la souffrance à l’endormissement honteux des sens, partout loué.

50 honorables raisons de détester le japon

3 000 CFA
0 out of 5
0avis
3 000 CFA

Ils sont partout, dans l’électronique comme dans l’automobile, avenue de l’Opéra comme à Wall Street, dans la haute couture comme dans l’art contemporain. Edith Cresson les a comparés à des « fourmis » tandis que d’autres nous les proposent comme modèles. Les Japonais sont devenus inévitables. Faut-il pour autant s’incliner devant les nouveaux puissants du jour et prendre pour argent comptant l’image d’Epinal qui nous est donnée de ce peuple uni et travailleur, à l’exquise politesse orientale ? Stéphane Benamou refuse de tomber dans le piège. Le Japon qu’il nous croque en cinquante articles demeure la puissance impérialiste et totalitaire d’hier, un pays rongé par le racisme et l’apartheid, qui ne renie rien de ses ambitions, dissimule ses crimes passés et travaille à sa revanche déjà bien engagée. Ce guide impitoyable de « l’autre Japon » est avant tout une invitation à la lucidité.

Le petit terroriste

4 000 CFA
0 out of 5
0avis

Le petit terroriste

0 out of 5
0avis
4 000 CFA

Omar Youssef Souleimane dit ici adieu à son enfance, celle d’un petit Syrien élevé dans une famille salafiste « normale », c’est-à-dire, comme la plupart des garçons autour de lui, en petit terroriste. Adieu à la Syrie gangrenée par l’état tyran. Adieu à la langue arabe par la mise au monde d’une écriture littéraire française. Adieu à l’Orient par la description minutieuse ? comme pour ne rien oublier? des événements qui l’ont conduit à adopter puis à rejeter son éducation, à devenir dissident, sur le long chemin des réfugiés vers la France. Ce monde-là qu’il dépeint n’est pas occidentalisé, il est pétri d’Islam, de sensibilité et d’humour. C’est le livre d’un voyage : entre deux pays, deux civilisations, deux langues. Le livre d’un Français.

Nous avions 15 ans en 1940

4 500 CFA
0 out of 5
0avis

Nous avions 15 ans en 1940

0 out of 5
0avis
4 500 CFA

Depuis soixante-dix ans, ces enfants du désastre se taisaient. En six mois, pourtant, ils ont connu la défaite de leurs pères, le désarroi des familles, l’inquiétude de leurs mères, le désordre général, la débâcle. Ils sont partis vers l’aventure forcée dans toutes sortes d’équipages, parfois apeurés, le plus souvent excités, désorientés par la dilution soudaine de toutes les autorités mais cherchant à sauver leurs études : où passer le brevet et le bachot ? Au fil de leurs pérégrinations, ils vont découvrir les ponts coupés, l’ennemi qui tombe du ciel en les mitraillant, mais aussi l’aventure, la campagne profonde. La voix chevrotante de Pétain leur annonce la fin de leur France, de leur enfance. Leurs parents leur avaient parlé des Boches, ils voient arriver les Panzerdivisions de Hitler. A la rentrée, ces adolescents font connaissance avec les restrictions et on les appelle les J3, en référence à leur carte d’alimentation. En zone dite « libre », ils doivent sans cesse saluer le drapeau tricolore, défiler, chanter la gloire du Maréchal. En zone occupée, tout est interdit, le drapeau, la Marseillaise, s’assembler à plus de trois, courir dans la rue … Mais ce sont eux, les lycéens, qui vont organiser à Paris la première manifestation de résistance, le 11 novembre 1940 à Paris.

De nombreuses vies, de nombreux Maîtres

2 000 CFA
0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Lorsque Catherine se décide à consulter le Dr Weiss, sa vie est un enfer. Elle a peur de l’eau, peur de prendre l’avion, de s’étouffer… Elle souffre d’insomnies, de crises d’angoisse… Après dix-huit mois de psychothérapie classique, le Dr Weiss doit s’avouer vaincu : l’état de Catherine est stationnaire. Jusqu’au jour où elle visite une exposition sur l’Egypte ancienne. Surprise : elle en sait plus long que le guide !
Pour le Dr Weiss et sa patiente, c’est le début d’une prodigieuse aventure. Sous hypnose, Catherine évoque son village dévasté par un raz-de-marée… en Egypte, voici deux mille ans ! Au fil des mois et des séances d’hypnose, ses vies antérieures vont défiler, ses phobies seront exorcisées. Mais bientôt, l’expérience va prendre une autre dimension. Car à travers Catherine s’expriment les « Maîtres », les esprits supérieurs de l’au-delà…

2 000 CFA

Principal conseiller de Néron dont il a été le précepteur, en charge des affaires de l’Empire, Sénèque se tient à l’écart des intrigues de cour et préfère se consacrer à la rédaction de traités philosophiques. Il dédie La Tranquillité de l’âme à Sérénus, jeune homme venu à Rome faire carrière, mais heurté par la rudesse des moeurs du pouvoir : troublé, irrésolu, Sérénus ne parvient pas à recouvrer son équilibre psychologique. Sénèque lui enseigne le stoïcisme et lui prodigue force conseils afin qu’il trouve la paix intérieure grâce à une véritable thérapie de l’âme

3 000 CFA

Nous souffrons tous un jour ou l’autre. Cette souffrance peut être petite ou grande, personnelle ou professionnelle, générer un stress minime ou important. Certains d’entre nous y font face, d’autres n’arrivent pas à gérer. La technique de la pleine conscience nous aide à vivre le moment présent qu’il soit positif ou négatif, à l’appréhender comme un fait en nous demandant non pas comment réagir mais comment répondre. Comme l’explique Christophe André,  » La vie ne commence pas qu’une fois tous nos problèmes résolus. Non, elle est déjà là, sous nos problèmes et nos insatisfactions. Prête à accueillir le bonheur et la grâce.  » Cet ouvrage, basé sur le célèbre programme de réduction du stress de Jon Kabat-Zinn, nous explique ce qu’est la pleine conscience, ce qu’elle peut nous apporter et comment l' » atteindre « . Tous ceux qui souhaitent vivre et mener une vie plus saine et plus harmonieuse dans le monde d’aujourd’hui devraient découvrir Au coeur de la tourmente, la pleine conscience…

Chère madame ma fille cadette

2 000 CFA
0 out of 5
0avis
2 000 CFA

« Mon père était auteur dramatique. Personne, à part cela, ne peut dire vraiment qui il était : célèbre et inconnu, pauvre et riche, sinistre et rigolo, inoccupé et sur-occupé, glorieux et misérable, humble et matamore, bon et très méchant, passif et violemment révolutionnaire, doux et agressif, amusant et désespérant, plein d’amour et parfois vachard… A force de pudeur et de secret il a brouillé les pistes jusque dans l’œuvre multiforme et inclassable qu’il a laissée. Ce n’est donc qu’un fragment de l’homme encore , qu’on trouvera ici : celui que mes propres difficultés d’être, entre onze et vingt ans, ont conduit à m’écrire de nuit, au sein de la famille, six lettres déposées avant l’aube sous la brosse à cheveux de la salle de bains – et l’homme de quelques autres lettres aussi… »

Fragments d’un discours amoureux

4 000 CFA
0 out of 5
0avis
4 000 CFA

Roland Barthes s’appuie ainsi sur ses lectures d’œuvres littéraires, qu’il s’agisse de romans comme Les Souffrances du jeune Werther de Goethe qui tient notamment un rôle important, d’œuvres poétiques ou théâtrales, mais aussi sur toute autre forme d’art et de création (musique, peinture, etc.), qu’il combine à sa propre réflexion, à ses propres expériences et parfois à des discussions privées pour former un discours sur la sphère amoureuse. Cet essai ne se veut donc pas une étude positive, mais la proposition de cheminements et d’explorations qui peuvent expliquer ou du moins éclairer toute expérience de l’amour en relation avec le langage. Les différentes notices (« Jalousie », « Bien-être », ou encore « S’abîmer ») qui forment la structure du livre, présentent chacune en marge les références que Barthes appelle pour relayer son propos. Cette œuvre reste une sorte d’ovni dans le champ littéraire consacré à l’amour qui demeure assez restreint.

Le mal français

4 000 CFA
0 out of 5
0avis

Le mal français

0 out of 5
0avis
4 000 CFA

Le Mal français est un essai politique et sociologique d’Alain Peyrefitte publié à la fin de l’année 1976. Peyrefitte se demande dans l’introduction « pourquoi ce peuple vif, généreux, doué, fournit-il si souvent le spectacle de ses divisions et de son impuissance ? ». L’auteur s’insurge contre plusieurs maux français qui forment une sorte de maladie, un « Mal » français : les règles tatillonnes de l’administration, l’excès de bureaucratie, la centralisation, le manque de confiance des entrepreneurs, un État trop dirigiste, etc. Il souhaite de profondes réformes administratives, politiques et sociales, en fustigeant la « société bloquée » française et le pessimisme ambiant. Ce livre connaît un très grand succès de librairie, avec un million d’exemplaires vendus.

Discours de la méthode

1 500 CFA
0 out of 5
0avis

Discours de la méthode

0 out of 5
0avis
1 500 CFA

Descartes est, dans le fait, le vrai fondateur de la philosophie moderne, en tant qu’elle prend la pensée pour principe. L’action de cet homme sur son siècle et sur les temps nouveaux ne sera jamais exagérée. C’est un héros ; il a repris les choses par les commencements, et il a retrouvé de nouveau le vrai sol de la philosophie, auquel elle est revenue après un égarement de mille ans. 1637, c’est la date de la publication du Discours de la méthode, de René Descartes – véritable déclaration des droits et des pouvoirs de la Raison sur un monde qu’elle domine et organise. Toute la pensée moderne est née de cet ouvrage dont la langue, dense mais toujours claire, n’a pas vieilli.

La tentation de l’innocence

3 800 CFA
0 out of 5
0avis
3 800 CFA

Rien n’est plus difficile que d’être libre, maître et créateur de son destin. Rien n’est plus écrasant que la responsabilité qui nous enchaîne aux conséquences de nos actes. Comment jouir de l’indépendance en esquivant nos devoirs ? Par deux échappatoires, l’infantilisme et la victimisation, ces maladies de l’individu contemporain. D’un côté, l’adulte, choyé par la société de consommation, voudrait garder les privilèges de l’enfance, ne renoncer à rien tout en étant diverti en permanence. De l’autre, il pose au martyr, même s’il ne souffre que du simple malheur d’exister. Les bien-souffrants seraient-ils les nouveaux bien-pensants ? N’est-il pas temps alors de ne plus confondre la liberté avec le caprice ? La peur et la faiblesse sont-elles le prix à payer pour notre refus de la maturité ? Enfin, comment maintenir la démocratie si une majorité de citoyens aspire au statut de victime au risque d’étouffer la voix

Misère de la prospérité

2 500 CFA
0 out of 5
0avis

Misère de la prospérité

0 out of 5
0avis
2 500 CFA

Jamais, depuis la chute du mur de Berlin, le credo libéral n’avait eu autant d’adeptes. Qu’on s’en réjouisse, comme les idéologues libéraux, ou que l’on s’y résigne, comme beaucoup de dirigeants politiques, le libre marché est en voie d’atteindre une expansion planétaire et jouit déjà, dans les esprits, d’un monopole idéologique. Wall Street sera-t-il le dernier de nos temples ? Devons-nous accepter de nous laisser transformer en homo oeconomicus, abandonnant aux bons soins de la concurrence la tâche de réguler tous les secteurs de la société ? C’est en citoyen et en honnête homme que Pascal Bruckner prend position contre la démission intellectuelle et morale que représente la religion du marché. À ceux qui affirment que le capitalisme est le système le plus avantageux, y compris pour les désavantagés, il répond : « Pourquoi l’enrichissement général devrait-il toujours se traduire par un surplus d’inégalités ? ». Car il ne lui est pas difficile de montrer, après d’autres, que les prétendus progrès de la mondialisation s’apparentent bien plutôt au développement d’un néo-féodalisme où les plus pauvres, individus ou États, sont asservis comme jamais. Faut-il alors crier, avec Vivian Forrester, à L’Horreur économique ? La singularité du propos de l’auteur est de ne pas vouloir faire chœur avec les sirènes anticapitalistes qui, à leur façon, concèdent trop à leur adversaire et participent à la sacralisation de l’économie. Savoir poser un regard cru et cynique sur les vertus et les vices du système libéral ; résister autant à la complaisance des louanges qu’à celle de l’imprécation ; critiquer le mal, sans espérer le guérir : difficile sages

Casanova – Un voyage libertin

2 000 CFA
0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Ce livre est à la fois voyage dans l’inconnu du XVIIIe siècle et approche d’une figure singulière, irréductible à nos concepts modernes d’intelligence ou de désir. Giacomo Casanova, vénitien, habile charlatan, grand joueur et franc libertin. De n’être pas prise dans un mouvement d’identification, ni de rejet, je m’accorde la liberté de me perdre et d’être séduite, de m’arrêter et d’analyser, et surtout de m’étonner. Car la beauté baroque, infime, grossière, âpre, souvent violente, parfois même monstrueuse dont sont marqués les Mémoires de Casanova n’a rien à voir avec un tableau lisse et rassurant. Elle ouvre sur des interrogations, des situations qui ont la force du romanesque et l’étrangeté des énigmes.

Affichage des produits 1–48 sur 116

POINT DE RETRAIT- DAKAR
178 avenue du Pdt Lamine Gueye
Cabinet médical, 1er étage
Lun – Ven : 9h-12h / 15h-17h
Sam : 9h-12h
POINT DE RETRAIT - NGAPAROU
L’Artyshow, route Ngaparou-Saly
En face de « PMI Piscine »
Mar – Sam : 9h-13h / 15h-19h
Dim : 9h-13h - 77 522 20 18
INFORMATION
contact@labouquinerie.sn
77 872 52 83