Cart

Collection africaine

Affichage des produits 1–48 sur 182

La turbulente histoire de Gorée

16 000 CFA
0 out of 5
0avis
16 000 CFA

Île de 28 hectares, à 3,5 km de Dakar, Gorée est une déformation du néerlandais « Goede Reede » ou « bonne rade ». Ce sont les Portugais, en 1444, avec Denis Diaz, qui font escale sur l’île, alors appelée Bézéguiche (nom d’un chef du Cayor) et qu’ils surnomment île Palma (des palmes). Les Hollandais ont commencé à occuper Gorée en 1588, pour réparer leurs bateaux et assembler leurs petites barques. Jean-Baptiste Labat (1663-1738) précise que « cette petite île est ce qu’il y a de meilleur, de bon ; elle est tout à fait fertile ». Elle fait partie d’une contrée avec une quantité d’arbres toujours verts dont elle est couverte, d’où cette appellation de Cap-vert. Elle dispose également d’un port naturel avec un mouillage excellent. Sa rade est bien protégée avec une plage facile d’accès. En raison de son emplacement stratégique, l’île de Gorée sera l’objet de convoitises, pendant des siècles, des puissances européennes…

Les damnés de la terre

3 500 CFA
0 out of 5
0avis

Les damnés de la terre

0 out of 5
0avis
3 500 CFA

Publié en 1961, à une époque où la violence coloniale se déchaîne avec la guerre d’Algérie, saisi à de nombreuses reprises lors de sa parution aux Editions François Maspero, le livre Les Damnés de la terre, préfacé par Jean-Paul Sartre, a connu un destin exceptionnel. Il a servi – et sert encore aujourd’hui – d’inspiration et de référence à des générations de militants anticolonialistes. Son analyse du traumatisme du colonisé dans le cadre du système colonial et son projet utopique d’un tiers monde révolutionnaire porteur d’un « homme neuf » restent un grand classique du tiers-mondisme, l’œuvre capitale et le testament politique de Frantz Fanon.

4 000 CFA

La présente publication a pour but d’offrir une introduction au système régional africain des droits de l’homme en présentant une vue d’ensemble du cadre et de l’évolution des normes et de la jurisprudence au sein des instances régionales et sous régionales des droits de l’homme. De plus, cet ouvrage se veut un guide pratique à l’intention des acteurs de la société civile et des ONG, et décrit par le détail les procédures et les conditions à remplir pour utiliser les différents outils à disposition dans le système de protection des droits de l’homme. La présente publication décrit, de façon générale, les succès obtenus, le potentiel du système et les défis qu’il doit relever dans le traitement de la problématique répandue de la torture.

L’Afrique depuis 1940

7 000 CFA
0 out of 5
0avis

L’Afrique depuis 1940

0 out of 5
0avis
7 000 CFA

A la fois chronologique et thématique, L’Afrique depuis 1940 fait le pont entre les périodes coloniale et postcoloniale en étudiant les changements qui ont accompagné la fin des empires, mais aussi tous les processus qui se sont perpétués après l’indépendance. Abordant les questions économiques et sociales sur l’ensemble de la période 1945-2000 et montrant qu’entre les sociétés africaines et le reste du monde se tenait un « Etat garde-barrière », ce livre dépasse un débat stérile, celui qui attribue les causes de la situation actuelle de l’Afrique, soit à une mauvaise gouvernante, soit à l’héritage colonial.

L’histoire africaine

3 500 CFA
0 out of 5
0avis

L’histoire africaine

0 out of 5
0avis
3 500 CFA

Petit précis de remise à niveau sur l’histoire africaine à l’usage du Président Sarkozy – Construit de manière chronologique et thématique, ce livre d’historiens permet de réfuter les poncifs hérités de l’ethnologie coloniale véhiculés N. Sarkozy. Une véritable leçon d’histoire à destination du large public, pour enfin changer le regard porté sur l’Afrique. Passé les réactions vives qu’a suscitées chez les Africains le discours de Nicolas Sarkozy prononcé à Dakar le 26 juillet 2007, ses déclarations sur l’immobilisme du continent africain ou encore la non-responsabilité de la France dans ses problèmes actuels nécessitaient une riposte argumentée, dépouillée de toute considération émotive. C’est dans le but d’éclairer le président Sarkozy et, plus généralement, le grand public sur la réalité de l’histoire africaine, qu’Adame Ba Konaré a lancé, en septembre 2007, un appel remarqué à la communauté des historiens.

En charmante compagnie

2 000 CFA
0 out of 5
0avis

En charmante compagnie

0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Une atmosphère inhabituelle plane sur l’Agence N° 1 des Dames Détectives et le Tlokweng Road Speedy Motors, désormais réunis en une seule échoppe, depuis que Mma Ramotswe a perdu sa joliesse légendaire. Pourtant, les affaires marchent bien. L’agence jouit d’une grande réputation, à tel point que Mma songe à embaucher. Certes, les déboires sentimentaux de Mma Makutsi préoccupent les habitants de Zebra Drive. Le scandale provoqué par le départ tonitruant du jeune apprenti Charlie, qui vient de claquer la porte du garage au bras d’une riche rombière, a secoué tout le monde. Mais c’est autre chose qui tourmente Mma : un fantôme surgi du passé arpente depuis quelques jours les rues de Gaborone.

A l’heure où dorment les fauves

4 500 CFA
0 out of 5
0avis
4 500 CFA

En Afrique du Sud, en 1880, une fabuleuse course à la poursuite d’un diamant très convoité… A Kimberley, près du Big Hole, la mine la plus profonde que l’homme ait jamais creusée, un vieux mineur noir découvre un diamant d’exception qui portera son nom : le Kalawi. Aussitôt, le magnat britannique Alun Forbes et son rival boer, Pieter Van Nuys, en revendiquent la propriété. Une décision de justice donne raison à l’Anglais. Quelques jours plus tard, le Kalawi disparaît. Paul Adams, jeune courtier à la Lloyd’s, est alors envoyé en Afrique du Sud pour indemniser le magnat. Mais il doit au préalable mener une enquête. Il découvre avec stupeur que l’auteur du vol n’est autre que Patsy, la propre fille de Forbes, dont il s’est épris…

On ne naît pas Noir, on le devient

750 CFA
0 out of 5
0avis
750 CFA

En France, la construction de l’identité noire est traversée de confusions et de douleurs. A partir de son expérience personnelle et professionnelle, Jean-Louis Sagot-Duvauroux bouleverse les idées reçues. De son mariage avec une Malienne, de son travail dans les banlieues de Paris avec des jeunes d’origine africaine, il tire la matière d’un récit fort et vivant.

Rejoignons Moudaïna !

3 000 CFA
0 out of 5
0avis

Rejoignons Moudaïna !

0 out of 5
0avis
3 000 CFA

Rien n’arrive comme prévu ! Comment faire, en 1950, pour rejoindre Moudaïna au Tchad, quand on a 10 et 12 ans, qu’on descend seuls de l’avion à Brazzaville, que personne ne vous attend et qu’on ignore tout de l’Afrique ? Les imprévus, heureux ou non, succèdent aux rencontres, sympathiques… ou non.

Les gens du fleuve

1 200 CFA
0 out of 5
0avis

Les gens du fleuve

0 out of 5
0avis
1 200 CFA

A partir de 14 ans – Diba a bien grandi depuis l' »Affaire du Silure ». Mais il n’en a pas pour autant oublié son ami Ngoye. Aussi, lorsque la vie devient trop difficile pour lui à Brazzaville, c’est Ngoye qu’il va essayer de retrouver.

L’aventure d’Albarka I

1 000 CFA
0 out of 5
0avis

L’aventure d’Albarka I

0 out of 5
0avis
1 000 CFA

Vers 1910, le tout jeune Albarka mène une vie tranquille à Fonéko, petit village sonraï du Niger. Et puis un jour, un messager arrive, apportant un ordre du commandant blanc. L’épouvante entre dans le coeur d’Albarka dont toute la vie va être bouleversée.

Sous l’orage

2 200 CFA
0 out of 5
0avis

Sous l’orage

0 out of 5
0avis
2 200 CFA

Sous l’orage : d’une part, le poids du passé, l’autorité de la tradition, le prestige des anciens, d’autre part, l’appel de temps nouveaux, l’ouverture et les émois de la jeunesse : la profondeur millénaire de l’Afrique et les horizons stimulants dévoilés par d’autres formes de savoir, ce débat est celui des pères et des fils, et tel est l’orage subi par les peuples africains. Il est très remarquable en ce roman, si juste d’écriture, si mesuré de ton, de voir ce peuple – ici une famille et un village maliens – sortir de la tourmente sans sacrifices extrêmes : la parole sage a raison des passions, et le désordre de l’histoire finalement s’épuise face à l’ordre de la vie. La mort de Chaka est une action dramatique évoquant la fin tragique du plus grand conquérant noir que l’Afrique est connu.

Au Sahel les cochons n’ont pas chaud !

3 000 CFA
0 out of 5
0avis
3 000 CFA

C’est l’histoire douloureusement typique d’un pays d’Afrique, à travers laquelle, malgré les noms inventés, il n’est pas difficile de reconnaître le Tchad. Sur fond de cette histoire mouvementée, défilent de nombreux personnages : un instituteur érudit dont l’immense connaissance dégarnit le crâne ; un goumier qui recueille le crachat du chef dans sa robe ; un prof expatrié pédophile qui baise ses élèves ; un intello présentant des théories sur le fonctionnement et le rôle de l’Etat ; un surdiplômé, passionné de Mozart et des arts qui continue d’étudier en Europe ; un journaliste désireux de quitter le pays ; des jeunes, lycéens et étudiants, avec leurs soucis et leurs amours ; et des femmes, aussi serviables qu’asservies, souvent plus fortes et plus courageuses que les hommes. Ce premier roman de Kaar Kaas Sonn, une écriture orale, sait charmer le lecteur avec humour, ironie et humanisme.

Avec nos mains de chèvre

3 000 CFA
0 out of 5
0avis

Avec nos mains de chèvre

0 out of 5
0avis
3 000 CFA

Cahier du retour au pays natal d’un artiste tchadien exilé dans la France profonde. Grave, drôle, réel quand on l’imagine burlesque, fantasmé quand on le voit réel, le livre de Kaar Kaas Sonn est pétri d’une culture double : franco-tchadienne, écrite/orale, artificielle/existentielle, tradition/modernité, compréhension/incompréhension… Un truculent « je t’aime, moi non plus » mâtiné d’une culture et d’une conscience à la fois politique et poétique. Je ne sépare pas politique et poétique. Chez Kaar Kaas Sonn, me semble-t-il, ils sont intimement liés. À lire pour sa plume unique et déstabilisante, parfois ; à lire pour découvrir le Tchad et ses moeurs sur fond d’Arche de Zoé et de réminiscences plus ou moins douteuses de France-Afrique. À lire aussi pour le plaisir et pour son humour ravageur, qui sait frapper juste sans verser dans le cynisme froid ou la méchanceté gratuite.

L’étrange destin de Wangrin

1 500 CFA
0 out of 5
0avis
1 500 CFA

Amadou Hampaté Bâ, le grand défenseur de la tradition orale africaine né au Mali en 1901, raconte ici l’histoire d’un homme qui fut son ami. Cet homme, voué dès sa jeunesse au dieu « Gongoloma Soké », dieu des contraires et de la ruse, en portait lui-même les contradictions. Bravant impunément la chance, il nous entraîne dans une suite d’aventures cocasses où nous le voyons, avec pour seules armes son intelligence et sa connaissance des hommes, se hisser au sommet de la puissance et de la fortune, dépouiller les riches au bénéfice des pauvres et, suprême exploit pour l’époque, rouler les « Dieux de la Brousse » d’alors : Messieurs-les-Administrateurs coloniaux ! Mais il arrive que les dieux se fâchent…

Les sirènes de Bagdad

1 300 CFA
0 out of 5
0avis

Les sirènes de Bagdad

0 out of 5
0avis
1 300 CFA

« Le coup parti, le sort en fut jeté. Mon père tomba à la renverse, son misérable tricot sur la figure, le ventre décharné, fripé, grisâtre comme celui d’un poisson crevé. et je vis, tandis que l’honneur de la famille se répandait par terre, je vis ce qu’il ne me fallait surtout pas voir, ce qu’un fils digne, respectable, ce qu’un Bédouin authentique ne doit jamais voir – cette chose ramolie, repoussante, avissante; ce territoire interdit, tu, sacrilège: le pénis de mon père. Le bout du rouleau ! Après cela, il n’y a rien, un vide infini, une chute interminable, le néant. »

Soundjata ou l’épopée mandingue

1 000 CFA
0 out of 5
0avis
1 000 CFA

Djibril Tamsir Niane s’est mis ici à l’écoute de l’Afrique traditionnelle. Les paroles qu’il nous propose sont paroles de griots. Nous apprenons l’histoire de l’ancêtre du grand Manding, celui qui par ses exploits, surpassa l’histoire du fils du Buffle, du fils du Lion : Soundjata, « l’homme aux noms multiples contre qui les sortilèges n’ont rien pu ».

Aya de Yopougon – Tome I

4 000 CFA
0 out of 5
0avis

Aya de Yopougon – Tome I

0 out of 5
0avis
4 000 CFA

Côte d’Ivoire, 1978. Aya, dix-neuf ans, vit à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan. Ça sent le début des vacances mais très vite les choses vont commencer à se gâter… »Dans les années 1970, la vie était douce en Côte d’Ivoire. Il y avait du travail, les hôpitaux étaient équipés et l’école était obligatoire. J’ai eu la chance de connaître cette époque insouciante, où les jeunes n’avaient pas à choisir leur camp trop vite, et ne se préoccupaient que de la vie courante : les études, les parents, les amours… Et c’est cela que je veux raconter dans « Aya », cette Afrique qui subsiste malgré tout car, comme on dit chez nous, « la vie continue»… »

Motus et bouche… décousue

1 500 CFA
0 out of 5
0avis
1 500 CFA

Premier ouvrage littéraire de la journaliste sénégalaise Jacqueline Bocoum, Motus et bouche … décousue porte un regard audacieux sur la société dakaroise. Son humour cinglant va de pair avec l’attachement indéfectible de la narratrice à la ville qui l’a vue naître. Ce témoignage illustre à merveille les contradictions qui dominent la vie des habitants de la mégapole. L’auteure n’est tendre avec personne et elle porte un regard sévère sur le monde politique, sur les hommes attachés à leurs privilèges, sur les carences des Dakaroises dont elle admire pourtant l’esprit combatif. Dakar souffre de comportements et d’habitudes qui ne facilitent pas la vie de ses habitants mais la cité représente aussi pour l’auteure un lieu privilégié qui lui a fait un cadeau sans prix en lui apprenant l’amour de la vie…

Autour de ton cou

2 500 CFA
0 out of 5
0avis

Autour de ton cou

0 out of 5
0avis
2 500 CFA

Lauréate de la loterie des visas, Akunna quitte le Nigeria pour les États-Unis ; elle y découvre un pays qui a bien peu à voir avec celui de ses attentes. À Kano, dans le nord du Nigeria, une violente émeute intercommunautaire réunit deux femmes que tout sépare : une marchande d’oignons musulmane et une étudiante issue de la bourgeoisie chrétienne de Lagos. Dans Nsukka blanchie par l’harmattan, James Nwoye, ancien universitaire au soir de sa vie, repense au rêve biafrais et attend, la nuit, les visites de sa femme défunte, qui vient caresser ses jambes fatiguées… Voici quelques-uns des personnages des nouvelles d’Adichie ; ils composent une image complexe et riche de la réalité nigériane d’aujourd’hui, qui prend ses racines dans le passé et se prolonge dans l’expérience de l’émigration, une plongée émouvante, souvent poignante, tour à tour terrible et drôle, toujours vibrante d’humanité.

La terre et le sang

1 500 CFA
0 out of 5
0avis

La terre et le sang

0 out of 5
0avis
1 500 CFA

L’histoire se situe dans un petit village de Kabylie en Algérie au tout début du XXème siècle. Amer, enfant du village, s’exile en France pendant quinze ans. Loin de son pays natal, accueilli par une petite communauté d’hommes originaires du même village que lui, il découvre le monde des mines de charbon. C’est là qu’a lieu un premier drame : son cousin meurt dans un accident au fond de la mine. Amer est accusé du meurtre. Même s’il parvient à se dédouaner auprès de ses compagnons en France, il n’en est pas de même au village. Après l’accident, Amer est fait prisonnier lors de la première guerre mondiale puis revient à Paris où il retrouve la fille cachée de son cousin décédé, fille issue d’une union illégitime entre le dit cousin et une française, Marie. Amer épouse Marie et tous deux décident de retourner s’installer au pays.

La Préférence Nationale

1 200 CFA
0 out of 5
0avis

La Préférence Nationale

0 out of 5
0avis
1 200 CFA

De son île natale au sol français, de la mendiante au professeur, de ses premiers émois à ses récentes déceptions, c’est à un triple voyage – géographique social et mental – que nous convie la narratrice de ce recueil. Usant d’une langue incisive et colorée, la jeune romancière et poétesse sénégalaise y dépeint tant la brutalité des sociétés traditionnelles que la calme violence qui sourd de nos sociétés d’exclusion. Sombre tableau que vient animer l’allégresse féroce du style et tempérer la douce nostalgie irradiant des premières années villageoises et de la solidarité sans phrases des pauvres.

Petit futé – Sénégal

2 000 CFA
0 out of 5
0avis

Petit futé – Sénégal

0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Le Sénégal est une destination « soleil toute l’année », à moins de six heures d’avion de Paris, et accessible avec des billets d’avion à prix abordable. Il y a plusieurs façons de découvrir le Sénégal. Avec le all inclusive à Saint-Louis, au Cap Skirring ou sur la Petite Côte, pas besoin de sortir des murs, tout est prévu sur place pour divertir le touriste. Mais il y a aussi la possibilité de découvrir une autre culture, d’autres moeurs, une autre façon de voir les choses, en vivant avec les populations dans des campements villageois.

Cèdre et Baobab

4 500 CFA
0 out of 5
0avis

Cèdre et Baobab

0 out of 5
0avis
4 500 CFA

Anna est une franco-sénégalaise au passé lourd. Elle ne connaît presque rien à sa terre de naissance et passe ses journées dans la plus grande solitude en portant comme fardeau un secret lourd et étouffant. Walid est libanais et a été adopté par un couple de Français dans les années 70, à l’époque où de nombreux bébés étaient abandonnés dans des orphelinats au Liban. Ces deux-là ne se connaissent pas mais vivent pourtant dans la même solitude, le même déracinement, phagocytés par une société qui avance sans repères auxquels se raccrocher. Jusqu’au jour où le destin les réunit et redessine fondamentalement le cours de leur vie.

Afrique ambiguë

2 500 CFA
0 out of 5
0avis

Afrique ambiguë

0 out of 5
0avis
2 500 CFA

L’Afrique, elle, sait ce qu’elle est. Elle l’a toujours su, mais nous en Occident, et beaucoup d’autres aussi, avons simplifié sa complexe réalité, ignoré sa force d’être et de maintenir ce qu’elle est, par notre incapacité peut-être, par paresse et calcul surtout. Calcul de dominant, de maître de la mise en valeur et en exploitation, d’instituteur faisant la pédagogie du civilisateur. La situation coloniale en a été la résultante, je l’ai montré naguère par la théorie et par un engagement, solidaire des libérations. Depuis un demi-siècle ou presque celles-ci sont formellement acquises et progressivement en voie de réalisation, à des degrés variables selon les régions et les pays. On pouvait attendre de ce changement une moindre méconnaissance, par l’effet de relations moins inégales, et l’émergence d’autres manières de voir les Afriques à la faveur des rencontres « mondialisées ».

La femme qui épousa un lion

2 000 CFA
0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Célèbre à travers le monde entier grâce aux aventures de Mma Ramotswe, première femme détective du Botswana, Alexander McCall Smith raconte depuis de nombreuses années la beauté et la poésie de l’Afrique australe et de ses habitants. De cette région sauvage où il est né et où il a grandi, il rapporte aujourd’hui des contes recueillis à la source de la très riche tradition orale du Zimbabwe et du Botswana. Avec l’humour et la tendresse qui caractérisent la plume enchantée de cet « Écossais d’Afrique », c’est toute la magie et la générosité de la savane africaine et de ceux qui la peuplent qui revient au fil des pages.

L’enfant noir

2 500 CFA
0 out of 5
0avis

L’enfant noir

0 out of 5
0avis
2 500 CFA

Adaptation du célèbre roman autobiographique de Camara Laye. Je ne pensais qu’à moi-même et puis, à mesure que j’écrivais, je me suis aperçu que le traçais un portrait de ma Haute-Guinée natale. » Au-delà du récit autobiographique d’un jeune écrivain de 25 ans, L’Enfant noir nous restitue, dans toute sa vérité, la vie quotidienne, les traditions et les coutumes de tout un peuple. Un livre plein de finesse et de talent qui s’est imposé comme l’un des classiques de notre temps.

Les grands

4 500 CFA
0 out of 5
0avis

Les grands

0 out of 5
0avis
4 500 CFA

Guinée-Bissau, 2012. Guitariste d’un groupe fameux de la fin des années 1970, Couto vit désormais d’expédients. Alors qu’un coup d’État se prépare, il apprend la mort de Dulce, la chanteuse du groupe, qui fut aussi son premier amour. Le soir tombe sur la capitale, les rues bruissent, Couto marche, va de bar en terrasse, d’un ami à l’autre. Dans ses pensées trente ans défilent, souvenirs d’une femme aimée, de la guérilla contre les Portugais, mais aussi des années fastes d’un groupe qui joua aux quatre coins du monde une musique neuve, portée par l’élan et la fierté d’un pays. Au cœur de la ville où hommes et femmes continuent de s’affairer, indifférents aux premiers coups de feu qui éclatent, Couto et d’autres anciens du groupe ont rendez-vous : c’est soir de concert au Chiringuitó.

30 000 CFA

Un ensemble de conférences, de rapports à des congrès, d'articles, de discours et d'interventions à l'Assemblée nationale française ou au Conseil de l'Europe qui ont tous pour caractéristique d'avoir été prononcés par L.S. Senghor entre 1946 et 1960. « Nous avons toujours voulu penser notre action politique, écrit L. S. Senghor. Non certes a priori, mais dans la pratique : dans l'expérience vécue. Mieux, cette action politique, nous l'avons toujours fondée sur une certaine idée de l'homme et, d'abord, de l'homme négro-africain, historiquement et géographiquement situé. Et, très précisément, sur le concept de Négritude qui court à travers, qui anime tous les tomes de Liberté (4). Et doit les éclairer en même temps. »

12 500 CFA

C’est l’odyssée passionnante d’un projet écologique et humain dans un pays extraordinaire : le Sénégal. Marc abandonne Paris pour l’Afrique noire afin de reconquérir le cœur de sa femme et donner une nouvelle chance à sa famille. Avec Apo, il va créer un petit paradis en utilisant ses dons de dessinateur pour agencer un village de vacances beau et authentique, organiser des animations sportives conviviales et ira chercher lui-même Antoine à Dakar pour le faire chanter à Nianing. Son infirmerie va gracieusement accueillir hommes et animaux (même crocodiles et serpents). Au fil des années, il va largement contribuer au reboisement du site et à l’essor du domaine. Roman où toutes les magies et sorcelleries sont présentes : Magie de l’amour, et espoir d’un nouveau bonheur pour Marc. Magie noire de l’Afrique avec ses traditions et rites ancestraux. Magie des sens avec ses parfums, ses nourritures atypiques, ses paysages grandioses, ses contacts avec une nature florissante, ses cris d’oiseaux en liberté.

2 500 CFA

Dans ces nouvelles, Doris Lessing nous présente au microscope l'enchevêtrement des comportements raciaux en Rhodésie et en Afrique du Sud, où le progressisme et la bonne volonté individuels ne peuvent mener qu'à des malentendus porteurs de catastrophes. Rapports entre noirs et blancs, mais aussi entre Afrikaners et Anglais, et entre leurs attitudes contradictoires vis-à-vis des noirs. « Quand je pense à tout ce que nous avons fait pour eux », s'indignent les blancs, abasourdis par l'ingratitude de leurs domestiques et de leurs ouvriers qui, sans eux, seraient encore des sauvages … L'incomréhension engendre la rancune, elle-même mère de la haine et de la délinquance.

J’apprends le Wolof

5 000 CFA
0 out of 5
0avis

J’apprends le Wolof

0 out of 5
0avis
5 000 CFA

Le wolof est une langue parlée principalement au Sénégal et en Gambie, mais aussi en Mauritanie. C’est l’une des six langues retenues officiellement au Sénégal pour la communication dans les médias et pour l’enseignement. Environ 40 % des Sénégalais sont de langue maternelle wolof et 40 % supplémentaires utilisent le wolof à titre de langue véhiculaire. C’est dire l’intérêt qu’il y a pour toute personne qui veut connaître le Sénégal, qu’il soit résident, coopérant, homme d’affaires ou touriste, à apprendre le wolof. L’ouvrage pourra aussi être utile aux enseignants en langues nationales, qui y trouveront de nombreux exercices rédigés suivant les principes de l’orthographe officielle. Cette méthode d’apprentissage – dora le texte est entièrement repris sur cassettes – permet d’acquérir seul ou avec un guide une variété de wolof qui reflète assez bien l’usage moyen des wolophones natifs urbanisés.

Kirikou et les bêtes sauvages (Livre C.D.)

3 000 CFA
0 out of 5
0avis
3 000 CFA

Le Sage dans la Montagne, grand-père de Kirikou, trône dans sa grotte bleue, et il nous parle: – L’histoire de Kirikou et la sorcière était trop courte. On n’a pas eu le temps de rapporter tout ce que l’enfant Kirikou avait accompli. Et il a vraiment accompli de belles et bonnes actions, qu’il ne faudrait pas oublier. Alors, je vous les raconte. Dans ce recueil largement illustré, regroupant les quatre aventures du film Kirikou et les bêtes sauvages, on verra notre héros, petit mais malin, aux prises avec la terrible hyène noire, confronté à un mystérieux buffle aux cornes d’or, voyageant sur une majestueuse girafe et même déguisé en fétiche.

Dakar, instants d’architecture

8 000 CFA
0 out of 5
0avis
8 000 CFA

Avec Dakar, instants darchitecture, Didier Loire étend son activité de photographe au domaine de lédition. Premier ouvrage des toutes nouvelles Editions Brillances Dakar, instants darchitecture porte un regard inédit sur une capitale en pleine mutation, inaugurant ainsi une collection dédiée à la photographie darchitecture urbaine.

Les pêcheurs

4 000 CFA
0 out of 5
0avis

Les pêcheurs

0 out of 5
0avis
4 000 CFA

Un jour de janvier 1996, dans un village du Nigeria, quatre frères profitent de l’absence de leur père pour pêcher au bord du fleuve interdit Omi-Ala. Le sorcier Abulu, qui les a vus, lance sur eux une terrible malédiction : l’aîné, Ikenna, mourra assassiné par l’un de ses frères.La prophétie bouleverse les esprits, et hante la famille jusqu’au dénouement tragique. Avec cet admirable récit dans lequel le tempo du conte africain accompagne la peinture du monde contemporain, Chigozie Obioma invente une forme nouvelle d’écriture romanesque.

La mémoire du fleuve

4 000 CFA
0 out of 5
0avis

La mémoire du fleuve

0 out of 5
0avis
4 000 CFA

Témoin de la souffrance des pionniers, bien décidé à échapper à l’orphelinat de Brazzaville, le métis Jean Michonet se fait, à quinze ans, recruteur de main d’œuvre pour le compte des compagnies forestières. Il écume le sud du Gabon alors inexploré. Mais les choses seraient trop simples si le jeune aventurier n’était saisi dans l’écheveau des solidarités humaines. Ayant gardé les meilleurs éléments de son « négoce », il crée son propre chantier, seul maître après Dieu en des villages décimés par la lèpre, grand connaisseur en essences tropicales, expert en serpents et anti-Venins, attiré par les sociétés secrètes – le bwiti en particulier, dont il devient un initié notable. Femme noire, femme blanche. Michonet n’en a pas fini avec le compromis racial. « conseiller » de Léon M’Ba, il vit sur le tas — et non sans pittoresque — le passage de l’Afrique ancestrale à celle des nouveaux États. Puis il retourne à sa vie de forestier où ne tardera pas à le surprendre — énième dégringolade – la fin de son empire des crocos. Rien ne manque à ce tableau : ni les intrigues, ni la magie, ni les chasses fabuleuses.

La mort Sara

3 000 CFA
0 out of 5
0avis

La mort Sara

0 out of 5
0avis
3 000 CFA

C’est dans une tribu africaine, dans le clan sara de Bakoh, au sud de la république du Tchad, en Afrique centrale que l’ethnologue Robert Jaulin a étudié de 1953 à 1959 les rites de la mort. Une étude qui rompt avec la « comédie de l’adoption et de l’intégration », car l’observateur scientifique lui-même a été initié. Les jeunes sont introduits à la vie tribale par une mort jouée et organisée, c’est le yondo qui fait l’objet principal de ce livre. La mort inscrit en elle l’éternité, et toute vie rend compte d’un univers humain au temps profond : passé et futur, terre des ancêtres, vie et récolte nouvelles, femmes et affirmation initiatique des mâles, unités de droit, de lignage et de résidence se conjuguent et se lient. La mort initiatique doit permettre à la mort de prendre rang et place parmi les activités de la vie sans plus s’opposer à elle. Ce sont les écheveaux de cette vision cosmologique que se propose de démêler La mort sara. Une analyse exceptionnelle, qui allie intelligence scientifique et aventure personnelle d’une rare authenticité.

La fin des cacahouètes

3 500 CFA
0 out of 5
0avis

La fin des cacahouètes

0 out of 5
0avis
3 500 CFA

« Dans les milieux généralement bien informés de la capitale sénégalaise ». C’est par cette formule très classique qu’ont démarré, pendant une trentaine d’années, tous les papiers que Pierre Biarnès destinait aux lecteurs du Monde qui ne les ont jamais lus, tout simplement parce que le correspondant à Dakar du « grand quotidien du soir », comme on disait alors, ne les envoyait pas rue des Italiens. C’étaient des sortes de « brèves de comptoir » qu’il recueillait chaque jour, midi et soir, à l’apéritif, au bar de La Croix du Sud, l’hôtel de Dakar le plus en vogue à l’époque. De ces petits textes restés dans ses tiroirs, Pierre Biarnès tire une histoire assez décalée mais exacte jusque dans les moindres détails de ces Français du Sénégal dont il moque avec pas mal de cruauté, mais non sans tendresse les comportements.

Un amant de fortune

2 000 CFA
0 out of 5
0avis

Un amant de fortune

0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Pour la première fois, Nadine Gordimer quitte la société sud-africaine pour aborder un sujet plus vaste : la condition des laissés-pour-compte de l’économie mondiale, ceux qui sont condamnés à rester étrangers au monde des pays riches. Une très belle histoire d’amour, complexe, qui s’étend sur deux cultures, deux sociétés, deux paysages. Une écriture du dénuement, sobre et sensible, d’une très grande force, à l’image du désert.

L’Enfant du peuple ancien

2 000 CFA
0 out of 5
0avis

L’Enfant du peuple ancien

0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Queensland, nord-est de l’Australie, décembre 1918. Une odeur de printemps salé. Kader, bouleversé, regarde le corps défait de sa femme Lislei, mourante. D’étranges dieux ont présidé à leur rencontre. En 1870, Lislei, l’Alsacienne, est emportée dans la tourmente sanglante de la Commune, tandis que Kader, l’Algérien, est fait prisonnier au cours de la révolte des tribus sahariennes contre les colons français. Tous deux sont déportés en Nouvelle-Calédonie et réussissent à s’évader sur le même rafiot se dirigeant vers l’Australie. A son bord, ligoté, gémit un drôle de petit garçon : Tridarir. Dernier représentant des aborigènes de Tasmanie exterminés par les colons australiens, l’orphelin courageux tente de retrouver les mythiques Sentiers des Rêves de son peuple… Roman d’aventures et d’amour à couper le souffle, L’Enfant du peuple ancien entraîne le lecteur aux confins d’une humanité très lointaine, nourrie de rêves magiques et fondateurs…

Histoire des colonisations

3 500 CFA
0 out of 5
0avis

Histoire des colonisations

0 out of 5
0avis
3 500 CFA

La mondialisation, ultime avatar de la colonisation ? Telle est l’ingénieuse hypothèse à laquelle nous invite in fine cet ouvrage richement documenté et pétillant d’intelligence. Abordant pour la première fois la colonisation dans sa globalité, l’historien Marc Ferro, spécialiste de la Russie, tourne le dos à une vulgate classique qui privilégie une période – le XIXe siècle – et un point de vue – celui des colons, européens la plupart du temps. Sont ainsi évoquées non seulement les colonisations arabe, turque, japonaise, chinoise ou gréco-romaine, mais également les visions des vaincus comme celle des vainqueurs. En adoptant une démarche comparatiste, l’ouvrage de Marc Ferro ne vise ni l’exhaustivité, ni la banalisation. Parce qu’il permet de mieux rendre compte de la complexité des situations, qu’il évite une vision du passé qui européanise trop souvent le phénomène colonial, et qu’il n’hésite pas à dépasser certaines idées reçues…

2 500 CFA

Grâce aux recherches minutieuses qu’a effectuées Judith Thurman, tant au Danemark qu’au Kenya, rien ne demeure dans l’ombre : une enfance danoise à la fois malheureuse et protégée, le mariage et le départ pour l’Afrique à la veille de la Grande Guerre, l’existence dans un Kenya paradisiaque encore offert à toutes les aventures, la brusque et tragique passion pour un jeune aristocrate anglais, Denys Finch Hatton, les difficultés financières et la ruine de la plantation de café, le retour au Danemark, l’implacable maladie et, enfin, la renommée mondiale. Jusqu’à présent, la vie et l’art de Karen Blixen avaient été, comme elle le disait elle-même, « deux coffrets fermés à clef dont chacun contient la clef de l’autre ». Judith Thurman nous donne l’unique clef des deux coffrets.

Une année chez les français

2 500 CFA
0 out of 5
0avis
2 500 CFA

C’est en 1970 que le ciel tombe sur la tête du petit Mehdi. Ébloui par l’intelligence et la boulimie de lecture de son jeune élève, son instituteur s’est battu pour lui obtenir une bourse dans le prestigieux lycée Lyautey de Casablanca, réservé aux enfants des hauts fonctionnaires français et des familles les plus influentes du régime marocain. Pauvre, libre, heureux, Mehdi a passé ses dix premières années au pied de l’Atlas. Il n’envisageait rien d’autre que de continuer à jouir de l’existence. Du jour où son oncle l’abandonne à l’entrée du lycée, la découverte du mode de vie des Français est pour lui un véritable choc culturel. Entre « Le Petit Chose » et « Le Petit Nicolas », l’histoire émouvante et cocasse d’un enfant propulsé dans un univers aux antipodes de celui de sa famille.

2 500 CFA

Nous autres, Européens, avons été élevés dans la haine de nous-mêmes, dans la certitude qu’au sein de notre culture un mal essentiel exigeait pénitence. Ce mal tient en deux mots : colonialisme et impérialisme. La mauvaise conscience oriente le regard que nous portons sur nous-mêmes et sur le Tiers-Monde, surtout depuis la fin de la guerre d’Algérie. Elle a créé le « tiers-mondisme », idéologie désignant l’Europe et l’Amérique comme la cause unique de tout ce qui est négatif dans l’Histoire. C’est elle encore qui oppose un Sud radieux, peuplé d’agneaux et de martyrs, à un Nord rapace, habité de loups et de nantis. Ce livre ne propose pas la énième vision doloriste du Tiers-Monde, n’invite pas aux larmes suspectes, aux apitoiements dédaigneux. Il tente, au contraire, une approche positive du Sud. Entre la suffisance et le masochisme, j’ai voulu tracer la voie d’un « europeo-centrisme paradoxal » qui porte les Occidentaux vers le dehors sans les contraindre à se renier. Pascal Bruckner

2 500 CFA

Il y a beau temps que l’Afrique est mal partie. Mais voici aujourd’hui qu’elle accède au rang de terrain de manœuvres, privilégié des luttes d’influences planétaires, de champ de bataille des intérêts multinationaux, et qu’un gigantesque safari politico-économique fait l’enjeu de toutes les convoitises. Jean Ziegler étudie ici, à travers les convulsions de certaines luttes nationales africaines, à travers l’idéologie et l’action de certains mouvements de libération, la tragédie historique d’un continent qui, du puzzle colonial aux plus récentes curées néo-colonialistes, n’a cessé d’être mis en pièces.

Vénus Hottentote

2 500 CFA
0 out of 5
0avis

Vénus Hottentote

0 out of 5
0avis
2 500 CFA

Issue d’un peuple nomade d’Afrique du Sud, orpheline, Sarah est vendue comme esclave à un missionnaire anglican du Cap. A la mort de ce dernier, la petite revient dans sa tribu pour y subir incision de la vulve et autres rites de préparation au mariage. En 1805, elle s’enfuit pour retourner au Cap où elle est placée comme bonne d’enfants chez des Boers. Son maître la vendra à un certain Dunlop, un aventurier qui veut exploiter Sarah comme attraction foraine en Europe. 1810 : arrivée à Londres. Abusée par Dunlop, exposée comme monstre forain sous le nom de “Vénus Hottentote”, Sarah s’imagine pouvoir s’enrichir et devenir une femme libre…

L’inspecteur Ali et la C.I.A.

2 000 CFA
0 out of 5
0avis
2 000 CFA

L’inspecteur Ali est convoqué par l’ambassade américaine de Casablanca. Un dangereux terroriste international, soupçonné d’avoir empoisonné un sénateur, vient d’échapper à la surveillance de la CIA. L’inspecteur Ali n’hésite pas : il extorque un million de dollars, réclame les pleins pouvoirs, un passeport diplomatique et part à la recherche de l’individu. De Casablanca à Washington, conduite au pas de charge, cette enquête loufoque et décapante est surtout prétexte à dresser un portrait satirique de l’Amérique et du Maroc.

Le pain nu

2 000 CFA
0 out of 5
0avis

Le pain nu

0 out of 5
0avis
2 000 CFA

Une famille, dans le Maroc des années 40, quitte le Rif pour Tanger. Afin d’échapper à l’écrasante tutelle du père, auquel ses enfants vouent une haine sans partage, le narrateur s’éloigne bientôt des siens. Il connaît la famine, les nuits à la belle étoile, et rencontre la délinquance, les amitiés nouées dans les bas-fonds de la ville, la sexualité, la prison, la politique. Quinze ans après la parution du Pain nu, la voix de Mohamed Choukri apparaît toujours comme celle d’un écrivain majeur.

Affichage des produits 1–48 sur 182

POINT DE RETRAIT- DAKAR
178 avenue du Pdt Lamine Gueye
Cabinet médical, 1er étage
Lun – Ven : 9h-12h / 15h-17h
Sam : 9h-12h
POINT DE RETRAIT - NGAPAROU
L’Artyshow, route Ngaparou-Saly
En face de « PMI Piscine »
Mar – Sam : 9h-13h / 15h-19h
Dim : 9h-13h - 77 522 20 18
INFORMATION
contact@labouquinerie.sn
77 872 52 83